Racket de Cosa Nostra

Des commerçants se révoltent à Palerme

La police italienne a annoncé, lundi, l’arrestation de 22 personnes soupçonnées d’être des chefs présumés ou des hommes de main de la mafia à la suite de plaintes de commerçants et d’entrepreneurs contre le racket pratiqué par la mafia sicilienne (Cosa Nostra) à Bagheria, dans la province de Palerme.

Les personnes arrêtées sont accusées d’association de délinquants de type mafieux, d’extorsion, de séquestration et destruction de biens par incendie, précise-t-on de même source.

Les enquêteurs se sont félicités que les 32 commerçants et entrepreneurs de Bagheria aient «trouvé le courage» de fournir des détails sur des activités mafieuses dans tous les domaines de l’activité économique, du BTP aux ventes de poissons en passant par le secteur de vente des fruits et légumes et les salles de jeux.

Dans ce contexte, le président du Conseil italien, Matteo Renzi, a salué les commerçants qui ont rompu la «loi du silence» dans l’un des bastions les plus importants de la mafia sicilienne.

«L’enquête menée montre la pression étouffante exercée par les chefs les plus redoutés de la mafia qui, de 2003 à 2013, ont occupé les plus hauts postes de l’organisation criminelle», a souligné la police dans un communiqué, précisant que 50 cas d’extorsion ont pu être dévoilés.

La «loi du silence» est la règle tacite imposée par les mafieux dans le cadre de leurs affaires criminelles, ce qui implique entre autres la non-dénonciation de crimes et le faux-témoignage. Elle s’impose non seulement aux mafieux eux-mêmes, mais aussi à tous ceux qui seraient susceptibles de témoigner contre eux devant la justice. Le châtiment pour la violation de cette «loi» est souvent la mort.

Source : MAP-LE MATIN, 03 Novembre 2015

Omerta_Palerme_G1

La carte des victimes de la mafia en Sicile

Pour les lecteurs du livre et du blog des hommes de l’antimafia découvrez une carte avec les lieux précis des endroits où sont tombés les Hommes de l’antimafia à Palerme et dans sa périphérie.  Une carte impressionnante qui démontre l’horreur d’une ville sous l’emprise de Cosa Nostra durant les années 1980 et 1990.

Un « paladin » de la lutte antimafia arrêté pour racket

Lundi 9 mars 2015, les policiers de Palerme ont arrêté en flagrant délit d’extorsion, le président de la Chambre de commerce de la capitale sicilienne, Roberto Helg (79 ans).

Le plus étonnant, c’est que Roberto Helg était connu pour être un paladin de la lutte antimafia en déclarant à tout va la culture de la légalité. Celui qui combattait le fameux « pizzo » (l’impôt mafieux) a été pris la main dans le sac après avoir racketté 100’000 euros à un commerçant.

Le procureur Francesco Lo Voi
Le procureur Francesco Lo Voi

Au moment de son arrestation, le haut responsable sicilien se trouvait dans son bureau avec une enveloppe remplie de plusieurs dizaines de milliers d’euros.

La victime, un commerçant de Palerme, avait donné cette somme au haut responsable sicilien en échange du renouvellement du bail d’un point de vente de l’aéroport Falcone-Borsellino.

Roberto Helg, pris la main dans le sac
Roberto Helg, pris la main dans le sac

Cet état de fait serait presque banal dans une Italie du sud contaminée par les mafias du Mezzogiorno, mais Roberto Helg semblait au dessus de tout soupçon. C’est lui qui incitait les commerçants à déposer plainte en cas d’extorsion et à dénoncer leurs racketteurs en collaborant avec la police était une personne active dans la lutte antimafia. Lors d’une marche en hommage à Libero Grassi, un entrepreneur assassiné par Cosa Nostra en 1991 qui avait résisté au pizzo.

Le procureur de Palerme, Francesco Lo Voi qui a ordonné son arrestation a bénéficié du courage de l’entrepreneur qui avait dénoncé Roberto Helg aux carabiniers après avoir eu la présence d’esprit d’enregistrer discrètement les conversations qu’il avait eu avec son racketteur.

Christian Lovis 

« La mafia n’est pas invincible, c’est un fait humain et comme tout les faits humains elle a un début et elle aura aussi une fin. Il faut plutôt se rendre compte qu’on peut gagner contre elle, non pas en prétendant l’héroïsme de citoyens innocents, mais en engageant dans cette bataille les meilleures forces institutionnelles »

Giovanni Falcone

Giovanni Falcone est l'emblème de la lutte antimafia. Son courage et son abnégation pour que l'Etat de droit soit respecté a été sans faille malgré le danger encourus pendant de nombreuses années et la disparition de plusieurs de ses amis.
Giovanni Falcone est l’emblème de la lutte antimafia. Son courage et son abnégation pour que l’Etat de droit soit respecté a été sans faille malgré le danger encourus pendant de nombreuses années et la disparition de plusieurs de ses amis.

Dossiers d’instruction de première instance du Maxi-Procès de Palerme (1986-1987)

Le pool antimafia de Palerme qui a instruit le Maxi-Procès de Palerme s’est tenu entre le 10 février 1986 et le 16 décembre 1987. En voyant ce mur de documents, on réalise le travail de fourmi accompli par les juges d’instruction dont les plus connus sont Falcone et Borsellino. On arrive aisément à imaginer le travail des policiers qui ont enquêté sur Cosa Nostra dans les conditions qui étaient celles des années 1980.

Ce Maxi-Procès de Palerme fut le premier grand procès qui vit autant de mafiosi condamnés à de lourdes peines, dont des chefs historiques de la terrible mafia sicilienne.

Dossiers Maxi-Procès
Dossiers du Maxi-Procès
Giovanni Falcone, Giuseppe Di Lello, Alberto Di Pisa, Paolo Borsellino, Antonino Caponnetto, Leonardo Guarnotta, Vincenzo Paino, Giusto Sciacchitano, Oscar Luigi Scalfaro, Ugo Viola, Vincenzo Geraci, scon, Domenico Signorino e Giuseppe Ayala
Giovanni Falcone, Giuseppe Di Lello, Alberto Di Pisa, Paolo Borsellino, Antonino Caponnetto, Leonardo Guarnotta, Vincenzo Paino, Giusto Sciacchitano, Oscar Luigi Scalfaro, Ugo Viola, Vincenzo Geraci, scon, Domenico Signorino e Giuseppe Ayala

Quelques chiffres :

Durée du procès : 22 mois

Durée de délibération : 35 jours

Nombre d’audiences : 349

Taille des sentences : 6901 pages motivées

Nombre de prévenus : 474

Nombre de condamnations : 360

Condamnations par contumace (mafieux en cavale) : 119

Condamnations à perpétuité : 19 dont les chefs historiques de la Mafia (Toto Riina, Bernardo Provenzano, etc)

Total du nombre d’années de prison prononcées : 2 665 années

Nombre d’acquittement : 114 accusés

Note : les fichiers du procès sont conservés au Centre international de documentation sur la mafia et le mouvement anti-mafia (CIDMA), à Corleone.

Source :
Les preuves matérielles de Renata Ferri
Les hommes de l’antimafia de Christian Lovis

Le pool des juges Antimafia de Palerme (1980-1990)

Le pool antimafia de la décennie (1980 – 1990) était composé de magistrat extrêmement courageux. Ces hommes de loi devaient non seulement se battre contre la mafia, mais également contre l’Etat et le Conseil supérieur de la magistrature qui ne comprenait pas grand chose à la dangerosité des organisations criminelles.

Il fut d’abord réticent à la spécialisation des juges et à la centralisation des enquêtes sur Cosa nostra. Lorsque Rocco Chinnici inventa le pool antimafia ce fut une véritable révolution : les informations sur la mafia pouvaient enfin être centralisées par des experts en la matière. Cette initiative conduisit le pool à instruire le « Maxi procès » de Palerme qui permis la condamnation des principaux acteurs de Cosa nostra.

Rocco Chinnici
Rocco Chinnici

Les juges du pool travaillaient ensemble avec force et professionnalisme. La volonté de Rocco Chinnici était de changer la mentalité des gens en ébranlant les consciences. Chinnici a commencé à promouvoir et à participer à des débats dans les écoles, à parler aux jeunes dans les festivals de la jeunesse, dans les rues, lors de tables rondes afin de vaincre une fois pour toutes à la culture mafieuse. Plus tard, jusqu’à la fin de sa vie, une fois son travail terminé, Paolo Borsellino se rendait à la rencontre des jeunes pour les rendre acteurs de la lutte contre la mafia.

Pour commencer, le pool antimafia développa des nouvelles synergies importantes avec la police judiciaire. Ensuite, il mit en place des nouvelles règles pour sélectionner les jurés participants aux procès. Ceux-ci étaient jusque-là, victimes de terribles pressions de la part de Cosa nostra. Le pool s’activa également à tracer les capitaux financiers de la mafia.

Le pool travailla sans relâche pendant des années. Rocco Chinnici s’activait auprès de sa hiérarchie pour que leur travail soit reconnu et valorisé. Puis le 4 août 1983, le juge Rocco Chinnici est tué par une voiture piégée. La mafia pensait couper la tête du pool antimafia, mais son assassinat eut l’effet inverse et une mobilisation générale contre la mafia débuta dans l’esprit des citoyens. Antonino Caponnetto arrive à Palerme pour remplacer Chinnici. Les applaudissements des Siciliens donnèrent du courage aux magistrats du pool qui ne se sentirent plus complètement isolés.

En 1984, Tommaso Buscetta et Vito Ciancimino (ancien maire de Palerme) sont arrêtés. Les révélations de Buscetta sont les prémices du Maxi procès de Palerme. La mafia lance un assaut implacable et plonge la Sicile dans un bain de sang.

Pool antimafia de Palerme
Pool antimafia de Palerme

Au terme du Maxi procès, avec le départ à la retraite de Caponnetto, tout le monde pensa que Giovanni Falcone allait devenir le successeur idéal. Mais l’organe suprême de la magistrature en décida autrement après des heures de débat animés et parfois dramatiques entre les partisans et les opposants de Falcone. Ce fut le juge Antonino Meli qui fut choisi en vertu de son ancienneté, alors qu’il n’avait aucune expérience dans la lutte contre le crime organisé. Caponnetto très amer après cette décision dénudé de logique dit cette phrase terible : « Giovanni Falcone a été abandonné, il a commencé à mourir ».

Dès sa prise de fonction, Meli prendra des décisions absurdes et entrava sans cesse l’action du pool antimafia avant que ce dernier ne soit peu à peu dissout.

C. Lovis, auteur des Hommes de l’antimafia
Crédit Photographie Giornale L’Unita

Paolo Borsellino aurait 73 ans aujourd’hui…

Pour ne pas oublier…

Hommage à un héros

Paolo Borsellino est né à Palerme le 19 janvier 1940. Il est mort dans sa ville natale le 19 juillet 1992, assassiné par Cosa nostra avec tous les membres de son escorte.

Paolo Borsellino en juin 1982
Paolo Borsellino en juin 1982
Antonino Caponetto, Giovanni Falcone et Paolo Borsellino lors de la célébration de la nomination de Paolo Borsellino comme procureur à Marsala.
Paolo Borsellino à Palerme le 3 mai 1992. Vingt jours plus tard, son ami et collègue Giovanni Falcone allait trouver la mort dans un attentat.
Paolo Borsellino à Palerme le 3 mai 1992. Vingt jours plus tard, son ami et collègue Giovanni Falcone allait trouver la mort dans un attentat.

Découvrez son histoire dans « Les Hommes de l’antimafia », de Christian Lovis

Le monde a besoin de héros

Cosa Nostra fourre son nez dans les affaires du club de Palerme

Le parquet de Palerme mène actuellement une enquête, au sujet de transferts qu’auraient réalisés le club de la ville entre 2006 et 2010. En effet, certaines transactions auraient été «imposées » par Cosa Nostra, la mafia sicilienne. Rien que ça.

Plusieurs suspects ont déjà été entendus par les procureurs, dont l’ancien directeur sportif du club rosanero, Rino Foschi. Plusieurs dirigeants et employés seront interrogés dans les prochains jours.

Pas la première fois que la mafia fourre son nez dans les affaires du club palermitain (certains mafiosi étaient intéressés par des investissements autour de la construction du nouveau stade, dans le quartier Zen de Palerme). Mais à ce point, quand même…