Arrestation de 6 mafieux proches du Parrain des parrains

SICILE ► Les mafieux d’Alcamo (ouest de la Sicile) se pensaient à l’abri des surveillances dans la chambre froide d’un vendeur de fruits et légumes. Ils étaient convaincus que les épais murs isolants les protégeraient des écoutes de la police.

Mais les policiers y avaient installés une caméra. Chaudement habillés, les mafieux tenaient des réunions très courtes (de 7 à 10 minutes) dans cette salle réfrigérée, mais aussi dans un bar et dans une entreprise de pompes funèbres.

Baptisée « Freezer », cette opération a permis d’arrêter 6 personnes, proches du boss Matteo Messina Denaro dont le capomandamento local, Ignazio Melodia, 68 ans (photo ci-dessous). Médecin, surnommé « U Dutturi », il avait été incarcéré entre 2002 et 2012 pour association mafieuse. Son père (Cola), son oncle (Diego) et son frère (Antonino) sont également membres de Cosa Nostra. Le groupe pratiquait le racket sur des commerces mais aussi sur des appels d’offres (2% du montant total), et s’intéressait également aux élections locales.

gli-incontri-mafiosi-nella-cella-frigorifera
Les mafieux se réunissaient dans un congélateur pour échapper à la surveillance de la police sicilienne.

 

Ignazio Melodia, di 61 anni, a capo della famiglia mafiosa di Alcamo; Salvatore Giacalone di 62 anni, di Alcamo; Antonino Stella di 69 anni, originario di Marsala; Filippo Cracchiolo di 56 anni, di Alcamo; Giuseppe Di Giovanni di 32 anni, di Alcamo; Vito Turricciano, attualmente detenuto, di 70 anni, di Castellammare del Golfo.
Ignazio Melodia, (61 ans), capo de la famille mafieuse d’Alcamo.  Salvatore Giacalone (62 ans), d’Alcamo. Antonino Stella (69 ans), originaire de Marsala. Filippo Cracchiolo (56 ans) d’Alcamo. Giuseppe Di Giovanni (32 ans) d’Alcamo. Vito Turricciano, (70 ans) de Castellammare del Golfo.

C. Lovis © Les Hommes de l’antimafia, février 2017

Source : Marsalalive.it & Polizia Stato Italia

Publicités

Un journaliste qui animait des conférences antimafia arrêté en Sicile

Un parc éolien en Sicile. Une véritable Eco Mafia.
Un parc éolien en Sicile. Une véritable Eco Mafia.

TRAPANI – SICILE ► La police de Trapani (ouest de la Sicile) a mené une opération contre un réseau qui contrôlait des appels d’offres pour le compte de Matteo Messina Denaro, le « parrain » de Cosa Nostra encore en fuite. Trois sociétés ont été saisies et 11 personnes ont été arrêtées, notamment Filippo Siragusa, un journaliste freelance, travaillant régulièrement pour le Giornale di Sicilia. Ce dernier qui animait régulièrement des réunions antimafia était utilisé comme prête-nom. Les appels d’offres concernaient la construction d’un parc éolien « Vento di Vino » (partagés équitablement entre deux clans mafieux) et un chantier à 400.000 euros pour l’hôpital de Mazara del Vallo. L’enquête a bénéficié des révélations de Lorenzo Cimarosa, cousin de Matteo Messina Denaro, arrêté en novembre 2013.

Parmi les personnes arrêtées figure également Epifanio Agate, fils de Mariano Agate, boss historique du clan mafieux de Mazara del Vallo, décédé en avril 2013. L’oncle d’Epifanio Agate, Giovan Battista Agate, Conseiller Municipal de Mazara del Vallo, avait déjà été arrêté en 2009 dans une affaire d’infiltration du secteur de l’éolien.

Filippo Siragusa, un journaliste corrompu
Filippo Siragusa, un journaliste corrompu

Cosa Nostra : la traque se poursuit

Matteo Messina Denaro, le chef de la mafia sicilienne reste introuvable. Pourtant ils sont 200 policiers de la brigade antimafia qui le chassent jour et nuit. La tête du N° de Cosa Nostra vient d’être mise à prix pour 1,5 million d’euros. Il fait partie des 10 fugitifs les plus recherchés sur la planète, selon la revue « Forbes ».

Matteo Messina Denaro
Matteo Messina Denaro

Lunettes fumées, Rolex en or au poignet, aimant les filles et les voitures de luxe, Matteo Messina Denaro à aujourd’hui 52 ans. Il est recherché pour trafic de drogue et de multiples homicides. À 30 ans, le boss mafieux avait déjà tué de ses propres mains une cinquantaine de personnes. A contrario de ses prédécesseurs d’une discrétion légendaire, Messina Denaro est un frimeur et aime se vanter de ses crimes : « Avec les personnes que j’ai tuées, je pourrais remplir un cimetière » disait-il.

Et du sang sur les mains, il en a. Il a un jour étranglé la fiancée enceinte de l’un de ses rivaux. Mais il a tué également des journalistes, des policiers et des magistrats qui enquêtaient sur ses crimes. En 1993, il avait participé à la vague d’attentat commanditée par Toto Riina à Rome, Florence et Milan. Dix morts. Mais depuis, Matteo Messina Denaro est en cavale. La justice travaille pour affaiblir le N° 1 de l’organisation en arrêtant son entourage dans une politique de terre brûlée anticriminelle.

Vague d’arrestation dans son entourage proche

Sa sœur chérie Patrizia qui était son bras droit, son frère Salvatore qui était son alter ego, son beau-frère Filippo qui était son serviteur, et enfin Giuseppe Grigoli, son prête-nom, son ambassadeur au cœur de l’économie légale. (Source Marcelle PADOVANI, L’Obs)

Giuseppe GRIGOLI, le prête-nom du parrain
Giuseppe GRIGOLI, le prête-nom du parrain

Mais pour un mafieux, ça fait partie de sa vie. Ses proches le suivent ou disparaissent. Cependant, l’arrestation de son prête-nom a été l’un des coups les plus rudes que Messina Denaro a subis ces dernières années. Grigoli qui vient d’être condamné à 12 ans de réclusion criminelle pour « association mafieuse » s’est vu confisquer 700 millions d’euros et perdre les 46 points de vente des supermarchés qu’il dirigeait pour le compte du parrain sicilien. Ce que sait la police, c’est que le boss mafieux, surnommé « u Siccu » (le Sec) à cause de sa minceur, est sans aucun doute encore caché sur son territoire, la province de Trapani. Les caches sont nombreuses et certaines parties de la région sont impénétrables, car aussitôt repéré par les guetteurs. La moindre voiture inhabituelle, le moindre inconnu qui traînerait dans les parages du boss y est repéré aussi sec par sa garde rapprochée. « Le bruit d’un hélicoptère sonne comme un signal d’alarme » déclarait Giuseppe Linares, ancien chef de la Squadra Mobile de Trapani.

En 2014, les carabiniers du ROS et leurs collègues de la police exécutaient 16  mandats d'arrêt ordonné par le juge d'instruction Nicola Aiello. Les mafieux arrêtés étaient dans le 1er cercle du parrain de Cosa Nostra. Depuis 2009, il y a eu 48 arrestations de mafieux et 88 millions d'euros saisis. La politique de la terre brûlée orchestrée par les magistrats siciliens vise à affaiblir le parrain et épuiser ses ressources.
En 2014, les carabiniers du ROS et leurs collègues de la police exécutaient 16 mandats d’arrêt ordonné par le juge d’instruction Nicola Aiello. Les mafieux arrêtés étaient dans le 1er cercle du parrain de Cosa Nostra. Depuis 2009, il y a eu 48 arrestations de mafieux et 88 millions d’euros saisis. La politique de la terre brûlée orchestrée par les magistrats siciliens vise à affaiblir le parrain et épuiser ses ressources.

Matteo Messina Denaro qui a de nombreuses maîtresses a une fille qu’il a conçue dans la clandestinité. Elle a aujourd’hui 19 ans et avait écrit sur son mur Facebook le jour de l’anniversaire de son père, le 26 avril : « Je voudrais avoir l’affection d’une personne, mais cette personne n’est pas présente à mes côtés et ne le sera jamais à cause du destin. »

La jeune fille sait qu’elle ne peut joindre son père sous aucun prétexte. Malgré un monde de (sur)communication, son père reste hors de portée. Les flics savent que les points faibles de tous les fugitifs sont les femmes et la famille. Ils contrôlent et suivent tous les faits et gestes de l’entourage proche du parrain.

Des moyens et de l’ingéniosité pour traquer le fugitif

Les Catturandi traquent le chef de la mafia sicilienne sans relâche
Les Catturandi traquent le chef de la mafia sicilienne sans relâche

Fabrizio Giacalone est un policier qui le chasse depuis une décennie. Il a parfois pensé atteindre son but, mais chaque fois, le mafieux lui a filé entre les doigts. Il sait qu’il se cache dans de villas confortables à d’autres en effectuant de nombreux séjours à l’étranger. Au siège de la brigade mobile de Trapani, une pièce tapissée d’écrans de contrôles est consacrée à la traque du fugitif. Jour et nuit, sept jours sur sept, 365 jours par années, six policiers se relayent pour scruter le moindre signal, la moindre piste. Des balises GPS, des micros-espions et des caméras aussi grandes qu’une tête d’épingle ont été posés dans les coins que les policiers estimaient les plus sensibles. Elles sont changées régulièrement de place en fonction de l’enquête. Les Catturandi (Chasseurs de mafieux) sont des spécialistes pour placer des mouchards dans les endroits les plus incongrus. Dans des nids d’oiseaux, des beauty case d’éventuelles maîtresses, des simulateurs cardiaques de suspects, dans des déchets. Une soixantaine de personnes sensées faire partie du premier cercle du parrain sont fliquées en permanence.

Cosa Nostra joue le rôle d’un État alternatif

Aujourd’hui, Messina Denaro gère des revenus conséquents. Au-delà du trafic de drogue et de tous les autres crimes mafieux, les marchés qu’il contrôle comme ceux des éoliennes, du bâtiment, de l’agriculture et des supermarchés lui rapportent des millions d’euros. Dans la province, il est considéré par certains comme un prospère bienfaiteur. En effet, le parrain de Cosa Nostra fait rouler l’économie locale et comme il n’y a plus d’assassinat dans la province, les connivences s’installent.

C. Lovis, mai 2015 © leshommesdelantimafia
Source : Marcelle Padovani (L’Obs)

livre les hommes de l'antimafia

Haute tension à Palerme !

En janvier dernier, on apprenait que les magistrats de Palerme était sous haute tension (voir l’article : « les magistrats sous haute tension ».

« J’aimerais le découper comme un thon » avait chuchoté Toto Riina à un autre prisonnier en parlant du procureur de Palerme. Aujourd’hui, les mesures de protection ont à nouveau été renforcées pour les magistrats engagés dans les enquêtes contre la mafia.  

Escorte des magistrats de Palerme
Escorte des magistrats de Palerme

Le procureur général Nino Di Matteo et la procureure adjoint Teresa Principato en danger de mort

Ces derniers jours de mai, une source considérée comme fiable a dévoilé aux enquêteurs de la DIA (Département des investigations antimafia) qu’une taupe se terrait au sein du palais de justice et tenait à jour tous les mouvements des procureurs et enquêteurs de Palerme. S’agit-il d’un greffier, d’un nettoyeur ? Nul ne sait encore qui est cet espion, mais l’ombre de Matteo Messina Denaro, le chef de la mafia sicilienne en cavale depuis 20 ans plane comme un spectre menaçant à Palerme.

À n’en pas douter, Matteo Messina Denaro est de plus en plus irrité par les dernières enquêtes dirigées par la procureure adjointe, Teresa Principato, la cheffe du pool antimafia. La magistrate applique la tactique de la terre brûlée autour du parrain de Cosa Nostra qui se retrouve de plus en plus isolé, acculé.

La source de la DIA a mis en garde : « Messina Denaro a décidé de frapper le procureur adjoint Teresa Principato ! ». Les indications de l’informateur sont si précises, qu’il a ajouté que : « l’attaque pourrait avoir lieu entre mai et octobre 2014 et les tueurs pourraient profiter des travaux qui ont lieu autour du palais ».

Nino Di Matteo
Nino Di Matteo
Teresa Principato
Teresa Principato

Donc en ce mois de mai 2014, les contrôles se sont resserrés autour du palais de justice. La police a également renforcé les chemins pris par l’escorte. Cette tension élevée dans la capitale sicilienne rappelle les années les plus sombres qui avaient vu des héros de l’antimafia disparaître dans des attentats meurtriers à la voiture piégée.

Les préoccupations sont vives aussi pour les substituts Paolo Guido et Carlo Marzella qui ont ces dernières semaines porté un nouveau coup dur contre les intérêts du Capo dei Capi (parrain des parrains). Parmi la cible des procureurs se trouvent la sœur et le neveu du fugitif accusés d’être des personnes incontournables dans son système de communication.

Qui est la taupe ?
Sur quel complice peut compter Messina Denaro ?
C’est le mystère ultime de Palerme…

© C. Lovis, mai 2014

Portrait du chef de Cosa Nostra, Matteo Messina Denaro

Arrestations dans l’entourage du chef de la mafia sicilienne

Stratégie d’isolement

Le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur Angelino Alfano a salué «cette opération vraiment importante car elle entre dans la stratégie d’isolement de Matteo Messina Denaro et de coupure de ses moyens de financement».

«Je suis superstitieuse et je ne dirais donc pas que nous sommes proches de la capture de Denaro, mais je peux dire que cette enquête représente un pas décisif en avant», s’est félicité devant la presse la magistrate Teresa Principato qui a coordonné l’enquête.

«Je crois que nous ne sommes jamais arrivés aussi près de Matteo Messina Denaro. C’est une des plus importantes opérations de ces derniers temps», a pour sa part affirmé le général Mario Parente, chef d’une unité spéciale des carabiniers.

Article du Monde 13 décembre 2013

Matteo Messina Denaro est né le 26 avril 1962 à Castelvetrano (Province de Trapani) en Sicile. Il apprend à manier une arme à l’âge de 14 ans et commettra son premier homicide à 18 ans. Depuis ce jour, il va s’installer dans la hiérarchie de l’organisation criminelle en devenant un tueur de la Mafia brutal, arrogant et impulsif. Alors qu’il n’avait que 30 ans, la justice le soupçonnait d’avoir commis plus de 50 meurtres et d’en avoir commandités encore plus. Son père, Don Francesco, était un boss mafieux qui, à temps perdu, cachait ses activités illégales en retournant la terre dans les vignes d’une famille de banquiers comme un simple ouvrier agricole. Ce dernier avait pour habitude de laisser des traces sur le visage de ses victimes ; ce qui lui valut le sobriquet « il giardiniere con il bisturi  » (le jardinier au bistouri).

Matteo Messina Denaro
Matteo Messina Denaro

L’escalade de Denaro au sein de Cosa Nostra est celle du jeune loup pétri d’ambition que la soif de pouvoir rend un peu immature. À 20 ans (1982), pour faire comme son héros de bande dessinée, il monte deux mitraillettes sur son Alfa Roméo 164. Il collectionne alors les fiancées et l’une d’elle lui donnera une fille. Muni de Rolex en or, chemise ouverte, lunettes aviateurs, le mafioso n’est pas aussi discret que les chefs historiques de la Mafia (Riina, Provenzano). À 30 ans (1992), il revendique d’avoir tué assez d’hommes pour remplir un cimetière. À 40 ans (2002), le FBI le fiche comme étant l’un des cinq principaux trafiquants de drogue de la planète.

En 1993, lorsque Toto Riina déclare la guerre à l’État et organise des attentats à la bombe à Rome, à Milan et à Florence qui feront 10 morts, le jeune Matteo Messina Denaro, alors âgé de 32 ans, exécute cette mission terroriste pour le parrain qu’il vénère. Cet acte lui vaudra d’être condamné à la prison à vie par contumace puisque depuis, il est en cavale.

Après l’arrestation de Salvatore Lo Piccolo en 2007, Matteo Messina Denaro devient le chef suprême de la mafia sicilienne. L’homme qui est passionné de jeux vidéos et de bandes dessinées est surnommé « Diabolik » en référence à l’oeuvre italienne dont le héros est un criminel professionnel. La dernière photo que les policiers de l’antimafia ont du mafioso date de 20 ans. Elle fut trouvée par hasard dans le portefeuille d’un homme « d’Honneur » avec l’inscription suivante :  » Notre devoir, c’est l’adorer. « 

Le substitut antimafia Roberto Piscitello qui le traque depuis des années a expliqué que Denaro était redoutable, car il incarnait la synthèse des anciens et des modernes. Il a la cruauté d’un Riina et l’habileté manoeuvrière d’un Provenzano. Il peut se montrer sauvage comme un primate, mais il n’a pas son pareil pour infiltrer les administrations. Denaro écrit ses pizzini (billets grâce auxquels les mafieux en cavale communiquent et donnent des ordres) à l’ordinateur sans jamais omettre d’invoquer les proverbes religieux de Padre Pio ou de la madone de Lourdes.

Le commissaire Giuseppe Linares
Le commissaire Giuseppe Linares

Le commissaire Giuseppe Linares de la squadra mobile de Trapani le chasse jour et nuit depuis les premiers jours de sa cavale. L’abnégation de l’officier de police est exemplaire à plus d’un titre. Au début de sa carrière dans l’antimafia, le premier fugitif qu’on lui demande d’arrêter était déjà mort depuis 10 ans ! Ça ne l’a pas découragé pour autant et depuis les premiers jours de la cavale de Denaro, il ne pense qu’à lui mettre la main dessus. Le commissaire est devenu le maestro de la fibre optique et du micro-espion. Il est devenu un as pour planquer des caméras miniaturisées dans tous les coins intéressants pour ses enquêtes. Dans l’une des planques de Denaro, les enquêteurs on retrouvé toute la collection de livres de l’auteur Daniel Pennac. Du coup, le commissaire qui veut pénétrer dans les arcanes du cerveau de son ennemi juré a décidé de lire toute la série de l’écrivain, cherchant le moindre indice. Les enquêteurs savent que le parrain se déplace dans toute la Sicile dans des ambulances transportant des patients sous dialyse. On raconte aussi que la bourgeoisie mafieuse se porte comme une fleur sur du fumier depuis son avènement.

Une promotion au goût amer
Il n’y a pas que la Mafia qui a tenté de supprimer le chef de la Squadra Mobile de Trapani. Le sénateur Antonio D’Ali ne le portait pas en odeur de sainteté non plus et a tout fait pour le faire transférer de Trapani. En juillet 2013, Giuseppe Linares est nommé au bureau de la DIA de Naples, laissant derrière lui son poste à la Squadra Mobile, mais aussi à la direction de la Division de la police anticriminalité de Trapani. Le ressentiment de l’homme politique envers l’officier de police et l’un des chapitres du procès-verbal d’accusation présenté aux procureurs en 2013 dans lequel D’Ali est accusé de collusion avec la mafia. 

C. Lovis