Nouveau procès 34 ans après l’assassinat du procureur de Turin

TURIN – ‘Ndrangheta ► La justice italienne vient de commencer le procès d’un boulanger de 62 ans, Rocco « Barca » Schirripa. Installé à Turin mais d’origine calabraise, il est accusé d’être un des auteurs matériels du meurtre de Bruno Caccia. Procureur de Turin, Caccia avait été abattu de 14 balles, plus 3 balles de coups de grâce, le 26 juin 1983, au bas de chez lui.

Le Procureur de Turin Bruno Caccia
Le Procureur de Turin Bruno Caccia assassiné en 1983

Proche du clan mafieux Ursini-Belfiore, Schirripa était déjà connu dans des affaires de vol et de trafic de cocaïne. L’assassinat du magistrat avait d’abord été revendiqué par les Brigades Rouges mais c’est à cause de ses enquêtes sur le blanchiment des clans calabrais que la magistrat a été tué. En 1993, le boss Domenico Belfiore, principal parrain de la ‘Ndrangheta pour la région de Turin dans les années 1980, est condamné à la prison à vie en tant que commanditaire du meurtre de Bruno Caccia.

C’est au cours du procès contre Schirripa que vient d’être dévoilé le témoignage d’un repenti de la ‘Ndrangheta, Domenico Agresta, 28 ans, issu d’un important clan mafieux de Plati, en Calabre. Surnommé « Micu McDonald », il a été condamné à 30 ans de prison pour un homicide datant de 2008. Il est aussi le neveu d’un autre Domenico Agresta, qui a été le chef de la ‘Ndrangheta pour l’ensemble du Piémont. Selon le repenti, son père, Saverio Agresta aurait évoqué avec lui les noms de Schirripa et D’Onofrio : « C’est eux qui ont fait le Procureur Caccia ».

Francesco D’Onofrio actuellement âgé de 62 ans, est un calabrais, ancien militant du groupe armé d’extrême-gauche « Primea Linea ». Condamné dans les années 1980 pour son appartenance aux « Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria », D’Onofrio est considéré depuis comme un des chefs de la ‘Ndrangheta pour le Piémont, en tant que membre de la « Chambre de Contrôle » de Turin. Il apparaît dans plusieurs enquêtes antimafia et a été condamné en Appel à 9 ans de prison. Par la voix de son avocat, il a nié toute implication dans le meurtre du magistrat.

Source : La Stampa