Arrestation de 6 mafieux proches du Parrain des parrains

SICILE ► Les mafieux d’Alcamo (ouest de la Sicile) se pensaient à l’abri des surveillances dans la chambre froide d’un vendeur de fruits et légumes. Ils étaient convaincus que les épais murs isolants les protégeraient des écoutes de la police.

Mais les policiers y avaient installés une caméra. Chaudement habillés, les mafieux tenaient des réunions très courtes (de 7 à 10 minutes) dans cette salle réfrigérée, mais aussi dans un bar et dans une entreprise de pompes funèbres.

Baptisée « Freezer », cette opération a permis d’arrêter 6 personnes, proches du boss Matteo Messina Denaro dont le capomandamento local, Ignazio Melodia, 68 ans (photo ci-dessous). Médecin, surnommé « U Dutturi », il avait été incarcéré entre 2002 et 2012 pour association mafieuse. Son père (Cola), son oncle (Diego) et son frère (Antonino) sont également membres de Cosa Nostra. Le groupe pratiquait le racket sur des commerces mais aussi sur des appels d’offres (2% du montant total), et s’intéressait également aux élections locales.

gli-incontri-mafiosi-nella-cella-frigorifera
Les mafieux se réunissaient dans un congélateur pour échapper à la surveillance de la police sicilienne.

 

Ignazio Melodia, di 61 anni, a capo della famiglia mafiosa di Alcamo; Salvatore Giacalone di 62 anni, di Alcamo; Antonino Stella di 69 anni, originario di Marsala; Filippo Cracchiolo di 56 anni, di Alcamo; Giuseppe Di Giovanni di 32 anni, di Alcamo; Vito Turricciano, attualmente detenuto, di 70 anni, di Castellammare del Golfo.
Ignazio Melodia, (61 ans), capo de la famille mafieuse d’Alcamo.  Salvatore Giacalone (62 ans), d’Alcamo. Antonino Stella (69 ans), originaire de Marsala. Filippo Cracchiolo (56 ans) d’Alcamo. Giuseppe Di Giovanni (32 ans) d’Alcamo. Vito Turricciano, (70 ans) de Castellammare del Golfo.

C. Lovis © Les Hommes de l’antimafia, février 2017

Source : Marsalalive.it & Polizia Stato Italia

Calabre: deux chefs de la mafia vivaient dans un bunker « comme des animaux »

Deux des criminels les plus recherchés d’Italie ont été arrêtés dans un bunker, avec un arsenal impressionnant. Le bâtiment était « très bien caché au milieu des arbres » dans la montagne de Calabre.

« Comme des animaux » avec un véritable arsenal. Deux chefs de la Ndrangheta, la mafia calabraise ont été arrêtés vendredi par la police italienne qui les a découverts cachés dans un bunker aménagé, où ils « vivaient comme des animaux ».

Giuseppe Ferraro, 47 ans, et Giuseppe Crea, 37 ans, « vivaient dans ce bunker, très bien caché au milieu des arbres », dans les montagnes au-dessus de Maropati, a précisé le procureur de la Calabre, Federico Cafiero de Raho. Le magistrat a ajouté que le site était sous surveillance depuis un an. »Ils vivaient là comme des animaux, une vie rude complètement coupée de la société », a ajouté le procureur.

 Sur les photos faites par la police, on peut voir l’intérieur de cet abri, un local en dur de 25 m2 environ, très sommaire, où sont entreposés notamment des boîtes de tomates en conserve et un thermos, aux côtés d’un évier rudimentaire.
Suite de l’article de l’Express
Giuseppe Crea et Giuseppe Ferraro
Giuseppe Crea et Giuseppe Ferraro

CAMORRA : Un boss mafieux veut faire gagner sa fille à la TV

150 carabiniers ont été déployés à Villaricca (ouest de Naples), fief du clan Ferrara, pour interpeller 7 personnes, accusées d’extorsion de fonds mafieuse.

ACTUALITEParmi les personnes arrêtées figurent Domenico « O’Moccuso » Ferrara, 58 ans, boss du clan, et ses deux principaux lieutenants, Vittorio Amato et Rocco Ruocco. Le parrain se trouvait devant la télévision, à regarder le match du club de foot de Naples. Les enquêteurs de Naples ont pu retracer l’organigramme précis du groupe criminel où on retrouve Domenico Ferrara à la tête du clan. L’enquête complexe agrémentée d’écoutes téléphoniques et d’observations a permis l’arrestation des principaux mafieux.

Les enquêtes de police judiciaire, corroborée par les déclarations des collaborateurs de justice ont permis de vérifier l’existence d’un solide trafic de la drogue avec d’énormes sommes d’argent en jeu.

Les activités d’enquêtes ont porté sur les déclarations de plusieurs collaborateurs de justice qui coopèrent avec la police depuis plusieurs mois. Le rapport d’investigation a montré, non seulement le fonctionnement actuel du clan, mais aussi la nature particulièrement dangereuse de leurs dirigeants et en particulier, Domenico Ferrara.

Anecdote : Quand un parrain de la Camorra veut faire gagner sa fille dans une émission de télévision.

En février 2013, les enquêteurs avaient saisi au domicile de Domenico Ferrara 320 téléphones portables, utilisés pour soutenir sa fille Vania, candidate à l’émission de télé-crochet « Tu lascio una canzone », sur RAI 1. Elle a fini seconde du programme grâce aux votes des téléspectateurs. C’est à ça qu’ont servi les téléphones : le clan Ferrara les a distribués à la famille, aux amis et aux voisins pour qu’ils votent. Après l’émission, les camorristes ont récupéré les portables pour vérifier que les gens avaient suffisamment voté pour la fille du parrain…

Le boss mafieux Domenico O'Moccuso Ferrara
Le boss mafieux Domenico O’Moccuso Ferrara arrêté par les carabiniers

Source février 2016 : http://www.internapoli.it

Un « paladin » de la lutte antimafia arrêté pour racket

Lundi 9 mars 2015, les policiers de Palerme ont arrêté en flagrant délit d’extorsion, le président de la Chambre de commerce de la capitale sicilienne, Roberto Helg (79 ans).

Le plus étonnant, c’est que Roberto Helg était connu pour être un paladin de la lutte antimafia en déclarant à tout va la culture de la légalité. Celui qui combattait le fameux « pizzo » (l’impôt mafieux) a été pris la main dans le sac après avoir racketté 100’000 euros à un commerçant.

Le procureur Francesco Lo Voi
Le procureur Francesco Lo Voi

Au moment de son arrestation, le haut responsable sicilien se trouvait dans son bureau avec une enveloppe remplie de plusieurs dizaines de milliers d’euros.

La victime, un commerçant de Palerme, avait donné cette somme au haut responsable sicilien en échange du renouvellement du bail d’un point de vente de l’aéroport Falcone-Borsellino.

Roberto Helg, pris la main dans le sac
Roberto Helg, pris la main dans le sac

Cet état de fait serait presque banal dans une Italie du sud contaminée par les mafias du Mezzogiorno, mais Roberto Helg semblait au dessus de tout soupçon. C’est lui qui incitait les commerçants à déposer plainte en cas d’extorsion et à dénoncer leurs racketteurs en collaborant avec la police était une personne active dans la lutte antimafia. Lors d’une marche en hommage à Libero Grassi, un entrepreneur assassiné par Cosa Nostra en 1991 qui avait résisté au pizzo.

Le procureur de Palerme, Francesco Lo Voi qui a ordonné son arrestation a bénéficié du courage de l’entrepreneur qui avait dénoncé Roberto Helg aux carabiniers après avoir eu la présence d’esprit d’enregistrer discrètement les conversations qu’il avait eu avec son racketteur.

Christian Lovis 

« La mafia n’est pas invincible, c’est un fait humain et comme tout les faits humains elle a un début et elle aura aussi une fin. Il faut plutôt se rendre compte qu’on peut gagner contre elle, non pas en prétendant l’héroïsme de citoyens innocents, mais en engageant dans cette bataille les meilleures forces institutionnelles »

Giovanni Falcone

Giovanni Falcone est l'emblème de la lutte antimafia. Son courage et son abnégation pour que l'Etat de droit soit respecté a été sans faille malgré le danger encourus pendant de nombreuses années et la disparition de plusieurs de ses amis.
Giovanni Falcone est l’emblème de la lutte antimafia. Son courage et son abnégation pour que l’Etat de droit soit respecté a été sans faille malgré le danger encourus pendant de nombreuses années et la disparition de plusieurs de ses amis.

Vaste coup de filet contre la mafia calabraise

En 2010, près de 3 000 policiers italiens ont mené une vaste opération contre la ‘Ndrangheta à travers l’Italie. Plus de 300 personnes ont été arrêtées, dont le patron présumé de la pègre calabraise, notamment pour meurtre, détention et trafic d’armes.

L’opération était d’une ampleur exceptionnelle. Quelque 3 000 policiers ont été mobilisés en Calabre et dans le nord de l’Italie, plus de 300 mafieux présumés ont été arrêtés. En ligne de mire : la ‘Ndrangheta, très secrète et ultrapuissante mafia calabraise.

« Il s’agit de la plus importante opération menée ces dernières années contre la ‘Ndrangheta que nous avons touchée au cœur de son système criminel tant sur le plan organisationnel que patrimonial », s’est félicité le ministre de l’Intérieur Roberto Maroni, à l’issue de l’opération. Des arrestations auraient également eu lieu aux Etats-Unis et au Canada.

Ce coup de filet avait couronné deux ans d’investigations de grande ampleur, menées après l’assassinat le 15 juillet 2008 de Carmelo Novella à San Vittore, village du nord de Milan. L’homme était l’ambitieux chef d’un clan de la ‘Ndrangheta dans la région, l’une des plus riches d’Europe. Il a été assassiné après avoir affirmé ses velléités indépendantistes vis-à-vis de la base calabraise de l’organisation.

Parmi les personnes arrêtées, figure Domenico Oppedisano, un octogénaire à la peau tannée par le soleil et à la barbe mal rasée. L’homme, un polo sombre négligemment enfilé, a été cueilli par la police dans la petite ville côtière de Rosarno, à l’extrême sud de l’Italie. Un gros bonnet aux yeux de la justice italienne : il est considéré comme le patron de la « province », organisme qui regroupe les différents clans constituant la ‘Ndrangheta.

Domenico Oppedisano
Le boss mafieux de la province, Domenico Oppedisano

La ‘Ndrangheta ébranlée

L’opération ébranle la première organisation mafieuse du monde mais ne l’achève pas pour autant. […]

La ‘Ndrangheta a longtemps été considérée comme le parent pauvre de la mafia italienne, au fonctionnement familial et au champ d’action limité, en comparaison à la Cosa Nostra sicilienne ou à la Camorra napolitaine. Mais depuis une vingtaine d’années, l’organisation a surpassé – et de loin – ses sœurs italiennes. « C’est la mafia la plus puissante et la plus étendue dans le monde », confirme Fabrice Rizzoli. « Elle a fait de l’importation de cocaïne sa grande spécialité ». Dans un rapport publié en 2006, la direction des investigations anti-mafias considère qu’un tiers du trafic de la cocaïne colombienne dans le monde passe par la ‘Ndrangheta. Mais l’organisation a posé sa patte sur à peu près tous les secteurs juteux : trafics d’immigrés, d’armes et d’immobilier en Europe, celui des diamants en Afrique du sud, casinos et fausse monnaie en Australie. Et évidemment, elle saupoudre de cocaïne et héroïne tous les pays occidentaux.

Le chiffre d’affaires de l’organisation atteint désormais quelque 44 milliards d’euros, selon l’Institut italien spécialisé Eurispes. Mardi en marge des arrestations, la police a saisi des biens, des armes et de la drogue estimés à quelques dizaines de millions d’euros. Une goutte d’eau face à l’immensité de la fortune et de la sphère d’influence des clans calabrais.

Source : France24 – 2010

Nouveau coup dur pour la mafia sicilienne

Un des principaux membres de Cosa Nostra arrêté à Catane.

Recherché depuis décembre 1993, Giovanni Arena, 56 ans, avait réussi à échapper à l’Opération « Orsa Maggiore » visant le clan Santapaola de Catane. Il fut alors ajouté à la liste des 30 fugitifs les plus dangereux d’Italie.

Il était recherché pour association de malfaiteurs, possession d’armes et trafic de drogue. Condamné à la prison à vie pour un assassinat, le parrain a été capturé lors d’un raid effectué par les agents de la brigade mobile de la Questure de Catane dans le quartier populaire de Librino, qui était sa zone de référence depuis des années. Confirmant ainsi la thèse selon laquelle les mafieux ne s’éloignent jamais longtemps du territoire qu’ils contrôlent. Au moment de l’arrestation, il était seul. Giovanni Arena était parvenu à prendre la fuite lors de ladite opération, considérée par l’antimafia comme un tournant décisif dans la lutte contre Cosa Nostra dans la province de l’Etna.

Giovanni Arena était l’un des principaux représentants du clan Santapaola. Il était notamment accusé d’avoir joué un rôle dans l’incendie criminel qui détruisit, en 1990, le siège de la Standa, le même jour où la Commission antimafia tenait un congrès dans la ville. Arena avait été acquitté de cette accusation. Le fugitif a été condamné le 28 mai 2003, par contumace, à la prison à vie  pour l’assassinat de Maurizio Romeo, membre du gang rival de Ferrera, qui s’est produit à Aci Castello le 31 octobre 1989.

Selon les enquêteurs, la durée de sa cavale (18 ans) démontre qu’il était l’un des membres très important dans la hiérarchie de l’organisation criminelle sicilienne, bien protégé par sa famille, continuant à régner sur ton territoire.

C. L (26 octobre 2011)

Arena Giovanni, boss de Catane arrêté après 18 ans de cavale