Foggia : un boss mafieux et sa femme abattus

MAI 2017 ► À San Severo, près de Foggia (Pouilles), Nicola Salvatore, 56 ans, et son épouse Isabella Rotondo, 55 ans, ont été tués par balles par deux tueurs portant des casques intégraux.

2460773_2024_21.6264484

Déjà connu pour trafic de stupéfiants, Salvatore était considéré comme un membre important de la Sacra Corona Unita. Il avait déjà été blessé par balles à l’abdomen en décembre dernier. Le fils du couple, âgé de 16 ans, est actuellement en attente de son procès pour avoir tué après une bagarre pour des questions de jalousie un autre jeune de 17 ans (6 octobre 2016).

Les enquêteurs sont dubitatifs sur les raisons de ce double homicide. Selon eux, si le règlement de compte était lié à la mafia locale, ils pensent que les tueurs auraient épargnés sa femme. L’autre piste serait une vengeance pour le meurtre commis par leur fils. Mais comme Salvatore a été achevé d’une balle dans la tête, il pourrait s’agir d’un message de la mafia.

Source : http://www.immediato.net

 

Publicités

Conseil municipal dissous pour infiltration mafieuse

POUILLES – SACRA CORONO UNITA ► Par décision du Conseil des Ministres italien, la commune de Parabita (9.300 habitants, province de Lecce, dans les Pouilles) a vu son conseil municipal dissous pour infiltration mafieuse.

En 2015, l’opération « Coltura » avait ciblé le clan Giannelli de la Sacra Corona Unita : 22 personnes avaient été arrêtées, dont Giuseppe Provenzano, alors Maire-adjoint chargé des Sports.

L’enquête menée par le ROS avait commencé en 2013 grâce aux déclarations d’un collaborateur de justice. Les enquêteurs ont pu ainsi reconstituer le processus de réorganisation interne de l’association mafieuse de Giannelli. Ce dernier purge une peine de prison à vie pour avoir ordonné l’assassinat brutal de Paola Rizzello et de sa fille en 1991 pour venger un adultère. C’est son fils Marco Antonio, 32 ans, qui assurerait la régence du clan.

clan_giannelli

NDLR : La loi 221 du 22 juillet 1991 permet aux autorités italiennes de dissoudre les conseils municipaux (et, plus largement, toute entité administrative) accusés d’infiltration mafieuse. La commune est alors administrée par des commissaires extraordinaires du gouvernement. Au bout de 18 mois, de nouvelles élections seront organisées.

Depuis l’instauration de cette loi :

  • 273 décrets de dissolution ont été pris par le gouvernement italien
  • 22 ont ensuite été annulés par les tribunaux administratifs.
  • 207 communes ont été concernées par ces décrets,
  • 1 province
  • 5 agences hospitalières.
  • 10 communes ont été concernées à 3 reprises et 40 autres à 2 reprises.

C. Lovis © Les Hommes de l’antimafia

Source : http://www.loscorretto.it

Pouilles : 35 arrestations dans une opération antimafia

La police antimafia a mené l’opération « Città Nostra » visant le clan Di Pierro de Tarente. 35 personnes ont été arrêtées et accusées d’association mafieuse, tentative d’homicide, extorsion, vol aggravé, trafic de stupéfiants et détention d’armes.

L’opération a permis de saisir 5 armes à feu, 350 grammes de résine de cannabis et des objets archéologiques. Le clan, qui ne fait pas partie de la Sacra Corona Unita, a des rites proches de la ‘Ndrangheta. Lors d’une écoute fait en octobre 2015 au domicile de Cosimo Di Pierro, les enquêteurs ont assisté à une cérémonie au cours de laquelle il a été élevé au grade de « Santa » par Ignazio Taurino, le boss le plus important de Tarente, qui a invoqué Mazzini, Garibaldi et Lamarmora (figures de l’Unité italienne et références au sein de la ‘Ndrangheta).

taranto_35_arresti_per_mafia_sgominato_clan_di_pierro-660x350

BARI : embuscade sur fond de guerre des clans

ACTUALITELe 7 février 2016, peu après 19 heures, Gianluca Corallo, 32 ans, a été abattu de 2 balles de 7,65 près de son domicile du quartier San Pio de Bari, composé d’un réseau d’arcades où on peut facilement se dissimuler. Déjà connu pour divers délits et pour association mafieuse, il était membre du clan Strisciuglio, un des clans dominants de la Sacra Corona Unita à Bari. Ce meurtre illustre les tensions existant entre les clans mafieux de la région. Dans la nuit, les carabiniers ont multiplié les auditions et les perquisitions pour tenter d’éviter des représailles.

Mais une semaine plus tard, une nouvelle embuscade a eu lieu dans la même rue, à quelques mètres seulement du lieu du premier homicide. La victime est Giuseppe Drago, 28ans, le lieutenant de Corallo. Ce dernier s’est fait tirer dans le dos, mais a survécu à ses blessures.

Sacra Corona Unita - mafia des Pouilles
Sacra Corona Unita – mafia des Pouilles

Après ce deuxième épisode de violence en seulement 7 jours, le maire de la ville, Antonio Decaro, a demandé des renforts de police au gouvernement pour concentrer les efforts dans la lutte contre le crime organisé avant qu’une guerre de la mafia ne se déclenche dans sa ville.

Après la décapitation de plusieurs chefs de clans, cette recrudescence de violence était attendue. De nouvelles alliances mêlées à des conquêtes de territoire en sont probablement les causes. Ces incidents sont une démonstration des tensions très élevées qui règnent dans la ville entre les clans de la Sacra Corona Unita.

La police scientifique enquête sur les lieux de l'assassinat.
La police scientifique enquête sur les lieux de l’assassinat.

Source (février 2016) : http://bari.repubblica.it