Importante saisie de biens de la ‘Ndrangheta à Rome

La police italienne a mené une vaste confiscation de biens appartenant à la ‘Ndrangheta et à la « Banda della Magliana » (la pègre traditionnelle romaine) dans la région de Rome. Les enquêteurs patrimoniaux ont saisi 173 immeubles et une Ferrari, et confisqué 40 sociétés (notamment 7 supermarchés, une bijouterie et 4 fermes d’élevage). Un prêt de 100.000 euros a également été bloqué, de même que de la cryptomonnaie. Le tout est évalué à 120 millions d’euros.

Les enquêteurs ont également saisi un contrat de réseau commercial (une cinquantaine d’entreprises impliquées) ayant permis l’attribution d’un financement public de 100.000 euros par la Région du Latium. La ‘Ndrangheta avait investi dans la distribution en gros de fleurs et de plantes; dans la vente de bois de chauffage, dans l’élevage bovin et caprin, dans les bars et épiceries fines, dans le commerce de bijoux et de pierres précieuses, dans le secteur du bâtiment et de l’immobilier, dans la boulangerie, dans la vente de produits optiques, dans les centres de beauté, dans la grande distribution (via des magasins indépendants « Carrefour »). Ces biens appartenaient notamment à Antonio Placido Scriva, Domenico Morabito, Domenico Antonio Mollica, Giuseppe Velonà et Salvatore Ligato, des dirigeants du groupe romain de la Famille Morabito-Mollica-Palamara-Scriva, d’Africo (Calabre), présente dans la région depuis les années 1980. Ils utilisaient notamment comme homme de paille Massimiliano Cinti, neveu du boss et « caissier » de la Banda della Magliana, Enrico Nicoletti.