Vaste opération contre les intérêts de la ‘Ndrangheta à l’aéroport de Milan-Malpensa

‘NDRANGHETA : Les carabiniers italiens ont mené une enquête sur l’infiltration des clans calabrais à l’aéroport de Milan-Malpensa, notamment dans le secteur des parkings et des commerces. L’opération « Krimisa » a permis l’arrestation de 34 personnes (32 italiens, un marocain et un roumain).

L’enquête a commencé avec les déclarations d’un entrepreneur, qui a dévoilé les activités de la locale (« circonscription » mafieuse calabraise rassemblant au moins 49 ‘ndranghetistes d’un même territoire) de Legnano (province de Milan)-Lonate Pozzolo (province de Varèse). Cette locale entretenait des liens avec l’ancien maire de Lonate Pozzolo, Danilo Rivolta, de Forza Italia, déjà arrêté en 2017 pour corruption. L’élection de Rivolta avait eu lieu avec le soutien de la ‘Ndrangheta, en échange d’un poste d’adjoint pour le neveu du boss, Alfonso Murano (abattu en février 2006).

A également été arrêté un conseiller municipal de Ferno, Enzo Misiano, accusé d’être le trait d’union entre les milieux politiques locaux et les mafieux calabrais. Expert auprès du tribunal de Busto Arsizio, il a également servi de « taupe » sur plusieurs enquêtes. Autre politique impliqué : Peppino Falvo, coordinateur régional des « chrétiens-populaires ». Les clans calabrais sont soupçonnés de contrôler aux moins 300 votes dans le secteur. Un autre nom est apparu sur les écoutes entre Misiano et un autre inculpé, il s’agit de Gioacchino Caiainello, ancien coordinateur provincial de Forza Italia, arrêté en mars dernier pour corruption.

Les 400 carabiniers mobilisés sont intervenus dans les provinces de Milan, Ancône, Aoste, Cosenza, Crotone, Florence, Novara et Varese pour interpeller des personnes accusées d’association mafieuse, incendie volontaire, extorsion, violences, coups et blessures, menaces, détention d’armes, trafic de stupéfiants, escroquerie, gestion fictive de biens et accès non autorisé à un système informatisé. L’enquête est partie en avril 2017 de la plainte d’un entrepreneur honnête qui souhaitant acheté un terrain près de l’aéroport pour y construire un parking, a été victime de pressions de la ‘Ndrangheta, y compris par la petite amie de son fils. Les clans calabrais géraient des parkings autour de l’aéroport et de la construction de nouvelles activités commerciales Les enquêteurs ont saisi des biens estimés à 2 millions d’euros, notamment deux parcs de stationnement privés, « Malpensa Car Parking » et « Parking Volo Malpensa », en plus de la moitié des actions de la société « Star Parkings », qui ne sont pas situées dans la zone de l’aéroport.

L’enquête a révélé des réunions mafieuses au cours desquelles étaient discutées des questions de politique locale mais aussi des ambitions entrepreneuriales de la locale, qui investissait dans la création de parkings, de restaurants et la mise en place de navettes pour l’aéroport. Les réunions servaient également à aplanir les tensions, grâce à l’intervention du capolocale (chef de la locale) Vincenzo Rispoli et de Giuseppe Spagnolo, chef du clan FaraoMarincola de Cirò Marina (province de Crotone).

Source : Repubblica + Crimorg