Cosa Nostra à Palerme en ébullition

Plusieurs boss mafieux sont désormais à nouveau en liberté en Sicile. Ainsi, Giulio Caporrimo vient d’être remis en liberté et profite de son patrimoine qui n’a pas été saisi… Il serait le régent du clan de Tommaso Natale, quartier de Palerme. Autre boss en liberté : Salvo Genova, régent de la famille de Resuttana, considéré comme un boss en pleine ascension. Très respecté dans les années 1990, Genova pouvait compter sur une « taupe » (jamais identifiée à ce jour) pour l’informer sur les enquêtes de police. Quand il est devenu boss de Resuttana, il avait lancé une campagne de recrutement de « jeunes talents ».

Cassarà-e-Antiochia
Le commissaire Cassarà et l’agent Antiochia

Ces libérations entraînent des tensions : ces boss essayent de récupérer leurs territoires. De plus, le centre du pouvoir mafieux se déplace vers l’ouest de Palerme (clans de Tommaso Natale et de Resuttana), au détriment des clans de l’est de Palerme, ciblés en décembre dernier lors de l’opération Duomo (notamment les boss Settimo Mineo de la Famille Pagliarelli et Leandro Greco de Ciaculli). Il faut également mentionner le poids d’autres boss comme Vincenzo Carlo Lombardo, régent de Montelepre (également à l’ouest, mais de la province de Palerme) ou Domenico « Mico » Farinella, boss San Mauro Castelverde (à l’est de la province). Condamné à la prison à vie, ses avocats ont obtenu un recalcule de peine… et sa libération.

Reste également le sort de Giovanni Motisi, dit « U Pacchiuni », 60 ans, capo de la Famille de Pagliarelli (quartier sud-ouest de Palerme). Condamné en son absence pour les meurtres du commissaire Ninni Cassara et de l’agent Roberto Antiochia, Motisi est officiellement en fuite depuis 1993 mais certains se demandent s’il n’est pas décédé ou démis de ses fonctions mafieuses en 2002. Des repentis évoquent une cache près d’Agrigente, au moins jusqu’en 2004, et même une piste française pour le fugitif (on évoque aussi l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Amérique du Sud,…).

GIOVANNI MOTISI-3
Giovanni Motisi est affilié à Cosa Nostra et, à l’instar de Messina Denaro, fait partie des fugitifs italiens les plus dangereux condamnés à la prison à vie pour divers meurtres.

Source – Repubblica