La mafia sicilienne ne parvient pas à se réorganiser

Selon la police italienne, Matteo Messina Denaro, en cavale depuis 1993 ne serait plus le chef suprême de Cosa Nostra et selon les dernières investigations, il ne l’aurait même jamais été.

Selon les analystes, il reste un homme très important qui contrôle notamment la région de Trapani (ouest de la Sicile).

Selon eux, les nombreuses opérations policières empêchent la mafia sicilienne de se réorganiser, notamment à Palerme qui ne parvient pas à nommer un parrain suprême (Capo dei Capi).

En 1992, il faisait partie de la « Coupole », l’organe de direction de la mafia sicilienne, impliqué à ce titre dans la campagne terroriste contre l’État. Après les arrestations de Totò Riina (en janvier 1993, décédé en 2017) et de Bernardo Provenzano (arrêté en avril 2006, décédé en 2016), il aurait étendu son influence aux régions d’Agrigente (sud) et de Palerme mais se serait ensuite replié dans son fief de l’ouest de l’île, à cause de la répression policière.

Selon le Procureur de Rome :

« S’il est maintenant prouvé que la Commission Provinciale, du moins d’un point de vue formel, n’a jamais cessé d’exister, il ne fait aucun doute que depuis l’arrestation de Salvatore Riina, le 15 janvier 1993, elle n’a pas encore été réunie. Jusqu’à cette date, et au cours des dix années précédentes, la Commission, toujours présidée par Riina, a réuni tous les chefs de la province de Palerme, selon un modèle de correspondance formelle entre organisation et territoire ».

Les tentatives de restructuration de l’organisation mafieuse autour de chefs reconnus, en liberté, et la recherche de nouveaux équilibres entre les clans n’ont jamais fonctionné du fait de la répression étatique (notamment celle menée le 11 décembre 2018 avec l’arrestation de Settimo Mineo).

1469373040362.jpg--pentito___matteo_messina_denaroe_stato_a_mazara_nel_2010_
Matteo Messina Denaro

 

C. Lovis

Source : presse italienne

Publicités