Selon l’expert de la mafia, Corrado de Rosa, l’immigration est une mine d’or pour les chefs de la mafia italienne et leur implication dans le trafic d’êtres humains ne s’arrête pas. En effet, à peine débarqués en Italie, les demandeurs d’asile et les migrants sont exploités.

En Sicile, la Cosa Nostra organise contre paiement le voyage des clandestins vers d’autres pays européens. Grâce à des écoutes téléphoniques et des enquêtes précises, la police a réussi à déterminer que c’était les parrains de la mafia sicilienne qui gérait les centres d’immigration d’Italie.

Des terroristes de l’État islamique se glissent chaque jour dans ce flux étourdissant de migrants afin d’accomplir la conquête de l’Europe. Les djihadistes ont d’ailleurs annoncé vouloir envoyer 500’000 soldats d’Allah pour cette invasion. La mafia n’en a cure et continue de s’enrichir à la faveur de à cette tragédie humanitaire.

lampedusa-3089585-jpg_2712157_652x284

Encore beaucoup de gens regardent la mafia avec la naïveté du cinéphile. Dans la vraie vie, un boss de la mafia n’a rien d’un homme d’honneur. Les codes d’honneur, les valeurs familiales, les traditions, les images pieuses dans la poche des tueurs qui prient après chaque crime ne sont qu’une honteuse façade de personnes viles. Cosa Nostra, la mère de toutes les mafias, se consacre exclusivement à son profit économique quitte à pactiser avec l’EI qui mène une guerre religieuse contre l’Occident. C’est ça la réalité de la mafia.

Les spécialistes de la lutte antimafia s’accordent à dire qu’en ce moment, en Italie, la mafia fait plus d’argent avec les migrants qu’avec l’argent de la drogue. À Rome, 44 personnes viennent d’être arrêtées par la brigade antimafia. Dans le lot, il y a des mafieux, mais aussi des hommes politiques et des hommes d’affaires, tous soupçonnés d’avoir profité de s’enrichir avec le trafic d’êtres humains. Les enquêteurs ont mis à jour un système de corruption, de racket et de pots-de-vin très étendu. Les sociétés privées qui ont remporté des contrats publics pour gérer les centres d’hébergement sont tenues par des mafieux qui engendrent ainsi de gros bénéfices. Devant les menaces de mort, les entreprises rivales se sont toutes retirées de ces contrats publics. La communauté européenne verse des millions d’euros d’allocations pour aider l’Italie à faire face à la situation, mais cet argent est détourné par des boss mafieux qui promettent des places et des repas à des migrants qui n’en voient jamais le jour.

C. Lovis © 2015

Publicités