Les crimes mafieux

Les mafias ont la faculté toute particulière de s’adapter aux situations de chaque pays. On retrouve les mafias dans de multiples trafics à l’échelle planétaire. De la fabrication au commerce de produits stupéfiants, en passant par la contrefaçon, la contrebande de cigarettes et la traite d’êtres humains sous diverses formes.

Lutter contre le crime organisé est complexe puisque les mafias sont en permanentes recomposition, avec une grande quantité d’acteurs et de pratiques. L’insertion des mafias dans l’économie mondiale va de pair avec leur profond enracinement dans les territoires et dans la société en général.

Bien souvent, les mafias rivalisent d’ingéniosité pour s’enrichir et stimuler toutes sortes d’activités illégales. Il va sans dire que pour certaines mafias ou groupes criminels ont fait du trafic de stupéfiants leur spécialité, mais si on associe bien souvent mafia et drogue, la réalité n’est pas toujours si simple. En 1992, le juge antimafia Paolo Borsellino expliquait par exemple que le positionnement de la mafia sicilienne sur ce type de trafics illégaux ne constituait en rien une activité fondamentale de Cosa nostra.

graph1.jpg

Le contrôle du territoire permet bien souvent aux organisations mafieuses de profiter de la manne financière et de criminaliser des activités à l’origine licites.

Exemple: après avoir remporté des adjudications publiques grâce à l’intimidation pour des travaux de construction, la mafia confie les travaux en sous-traitance à plusieurs entreprises tenues par des individus mafieux. Pour une autoroute, par exemple, chaque clan construira, via de ses entreprises, le tronçon routier traversant son espace de souveraineté.

Les mafias s’inscrivent dans des rôles multiples de la criminalité avec une polyvalence exceptionnelle; cependant, certaines se sont spécialisées et sont passées maîtres dans certains types d’activités illicites sans toutefois s’accommoder de ces seuls crimes.

À suivre…