« Le courageux meurt une seule fois ; le lâche, plusieurs fois par jour. »

Giovanni Falcone 

Voiture du juge Giovanni Falcone après l'explosion  de Capaci
Voiture du juge Giovanni Falcone après l’explosion de Capaci

Par une belle journée ensoleillée, le samedi 23 mai 1992 à 16 h 40, l’avion des services secrets italien quitta discrètement l’aéroport romain de Ciampino avec à son bord, Giovanni Falcone et sa femme Francesca Morvillo. À 17 h 48, le jet atterrit à Palerme et se plaça en bout de piste où trois Fiat blindées les attendaient. L’escorte composée de policiers aguerris à ce genre de mission était dirigée par Arnaldo La Barbera, garde du corps de Falcone depuis plusieurs années. Deux minutes plus tard, le cortège transportant le directeur général des affaires pénales du Ministère s’engagea sur l’autoroute en direction de Palerme. Tout semblait tranquille, mais les apparences étaient trompeuses. Ce voyage pourtant tenu secret ne l’était pas pour Cosa Nostra. Sitôt leur départ, quelqu’un informa que dans les huit minutes, la Fiat blanche passerait à la hauteur de la petite ville de Capaci. Des centaines de kilos de tolite, une puissance sans précédent, avaient été placés sous la voie rapide reliant l’aéroport de Punta Raisi à Palerme. L’explosif avait été dissimulé à l’intérieur d’une canalisation d’écoulement des eaux, par des mafiosi déguisés en employés de la voirie à qui personne n’avait prêté attention. […]

Extrait du livre : Les hommes de l’antimafia

Giovanni Falcone avec son escorte
Giovanni Falcone avec son escorte
Publicités