La French Connection

C’est le nom donné à la filière française de passage et de transformation de la morphine-base en héroïne, intermédiaire entre les mafias italiennes et leurs homologues américaines.

Trois facteurs importants ont permis à cette filière d’exister et de croître :

  • un port qui est un carrefour maritime important (Marseille)
  • une histoire et un milieu criminel
  • le milieu corse

Au fil du temps, les enquêteurs se sont aperçus que le milieu corse était si impliqué dans cette activité qu’ils parlaient aussi de « Corsican Connection ».

Traditionnellement, les chimistes du milieu marseillais (Jo Cesari ou Henri Malvezzi) avaient la réputation de produire une héroïne de pureté idéale (98%). La drogue était aussitôt exportée vers les États-Unis.

La mafia sicilienne (Cosa Nostra) faisait transiter sa marchandise pour transformation par Marseille. Mais ils opéraient uniquement par l’intermédiaire des Corses implantés dans la ville phocéenne. Précisons que le milieu corse n’a jamais été considéré comme une mafia parce qu’il n’a jamais atteint le niveau de sophistication d’une mafia. Le milieu corse s’apparente plutôt à du « Grand banditisme » puisqu’il s’agit d’un rassemblement plus éphémère d’hommes habituellement proxénètes, braqueurs et racketteurs.

La French Connection a existé de 1930 à 1972, mais c’est dans les années 70 que les années furent les plus prospères.

En février 1972, le chalutier « Caprice du temps » est arraisonné au large de Marseille par les douaniers qui découvrent 425 kg d’héroïne à son bord. Cette saisie faisait suite à l’injonction de l’administration américaine qui accusait la France de ne pas lutter suffisamment contre le trafic de drogue qui inondait les USA. En quelques mois et sous l’impulsion du Juge français Pierre Michel (1947- assassiné le 21 octobre 1981), six laboratoires clandestins sont démantelés à Marseille et dans ses environs. De nombreux trafiquants sont incarcérés. Notons qu’en 1970, seules 57 arrestations de trafiquant avaient eu lieu en France contre 3016 en 1972.

Cette lutte marqua la fin de la « French Connection » remplacée par la

« Pizza Connection »

Le juge marseillais Pierre MICHEL
Le juge marseillais Pierre MICHEL
Assassinat du juge Pierre Michel, 21 octobre 1981 (Serge Assier)
Assassinat du juge Pierre Michel, 21 octobre 1981 (Serge Assier)

© C. Lovis –  février 2014