En Sicile, les magistrats sous haute tension

Les fêtes sont terminées. Nos voeux de santé et de bonheur ont été annoncés à grand fracas à nos familles, nos amis, nos connaissances. À chaque début d’année, nous prenons de belles résolutions. Ailleurs, pas si loin de chez nous d’ailleurs, des hommes et des femmes n’espèrent qu’une chose : rester en vie !

Aujourd’hui, le comité provincial de l’ordre et la sécurité a pris la décision d’augmenter encore le niveau de protection du Procureur de Palerme Antonino Di Matteo, le chef du pool enquêtant  sur les négociations État-Mafia (92-93).

En 1992-93, sous le règne de Totò Riina, la Mafia avait fait régner la terreur dans la Péninsule. Après les assassinats des juges Falcone et Borsellino, 3 attentats à Rome, Milan et Florence avaient fait douze morts et des dizaines de blessés.

Au palais de justice, la tension est élevée 

En juillet 2013, un informateur a dévoilé qu’une équipe de Cosa Nostra préparait une attaque contre le procureur. Il a parlé d’une réunion entre des chefs de la mafia importants. Lors de ce huis clos, l’informateur a confié que des explosifs étaient déjà arrivés en Sicile. Les sources judiciaires de la République ont confirmé que les révélations de leur source étaient fiables et avaient précédemment permis la résolution d’enquêtes importantes sur le trafic d’armes et de drogues. En quelques heures, le niveau de protection du procureur Antonino Di Matteo a été placé au maximum. D’autant plus que peu avant cette information, en plein jour, une étrange intrusion s’était déroulée au domicile du juge antimafia Roberto Tartaglia. Après avoir fouillé armoires et tiroirs, les visiteurs n’on rien emporté, excepté une plume. Un avertissement sérieux autour des procureurs en charge des enquêtes sur ​​les mystères des tractations entre État et Mafia. Il faut dire que le dossier est bouillant puisque ces magistrats tentent d’établir la responsabilité éventuelle des services secrets italiens !

GIS - Groupe d'Intervention des carabinieri
GIS – Groupe d’Intervention des carabinieri

Récemment, le procureur Antonino Di Matteo a fait l’objet d’une condamnation à mort de Totò Riina.  En plus de son escorte déjà importante, le GIS (Groupe d’intervention des carabiniers italiens) assure désormais ses déplacements avec un hélicoptère. Le Comité sécuritaire souhaitait que l’appareil se pose directement sur le toit du palais de justice, mais des travaux de rénovation empêchent cette éventualité pour le moment.

La procureure Maria Teresa Principato
La procureure Maria Teresa Principato

Le Comité provincial a également renforcé la sécurité du procureure Maria Teresa Principato qui coordonne les enquêtes pour la capture du fugitif Matteo Messina Denaro (Capo dei Capi  / patron des patrons de Cosa Nostra). La pression mise sur les épaules de Denaro est au maximum. Ces derniers mois, les procureurs Paolo Guido et Marzia Sabella sont parvenus à décapiter les principales familles qui gravitent autour de Denaro en arrêtant plusieurs de leurs membres, dont des chefs.

L’escorte du procureur Antonino Di Matteo

Cette mission délicate est confiée aux policiers italiens qui sont tous des volontaires.

  • 9 policiers se déplacent constamment avec le procureur dans trois voitures blindées
  • 30 policiers sont affectés à sa sécurité personnelle en alternance
  • la maison du magistrat est sous surveillance permanente
  • des policiers sont chargés de contrôler constamment les rues et endroits fréquentés par le magistrat
Nino Di Matteo, Procureur de Palerme
Nino Di Matteo, Procureur de Palerme
Le procureur Nino Di Matteo (g), le procureur adjoint Victor Teresi (g-2), le procureur Francesco Messineo (c), et le procureur Francesco Del Bene (d2) et Roberto Tartaglia (d)
Le procureur Nino Di Matteo (g), le procureur adjoint Victor Teresi (g-2), le procureur Francesco Messineo (c), et le procureur Francesco Del Bene (d2) et Roberto Tartaglia (d)

© C. Lovis –  janvier 2014