« Ce cocu, je lui briserai les os »

Après 20 ans de prison sous le régime très sévère du 41bis, dans un silence absolu, le parrain des parrains ne tient plus.

Toto Riina qui tourne le dos aux surveillants regarde autour de lui, se penche en avant vers son interlocuteur et murmure :

Ce cocu (en parlant du Conseiller insctructeur Chinnici), je lui briserai les os

Son vis-à-vis est Alberto Lorusso, une figure de proue de la Sacra Corona Unita (mafia des Pouilles) l’écoute avec respect. Il reste silencieux. Riina parle :

 J’ai toujours été un puissant. Et si j’étais libre, je ne saurais pas quoi faire, mais je ne voudrais pas perdre une minute. Cela me rend fou

Salvatore Riina
Salvatore Riina

Cet échange a été capturé par une caméra et un micro-espion placés dans la cour de la prison de l’Opéra, à Milan. Après 20 ans de prison sous le régime très sévère du 41bis, dans un silence absolu, le parrain des parrains ne tient plus. Le plus cruel des boss de la mafia sicilienne a envie de prendre l’air. Il évoque les noms de Giorgio Napolitano, le président italien et celui de Berlusconi, parle de grâce. Il critique son complice Bernardo Provenzano, le jugeant peu courageux. Au contraire, Toto Riina se gonfle de fierté en revendiquant la pleine paternité des massacres de Capaci et de la via D’Amelio qui tuèrent les juges antimafia Falcone et Borsellino.

« Quelle belle saison des massacres »

Nino Giuffrè
Nino Giuffrè

Le repenti Nino Giuffre surnommait Toto Riina “il purosangue” (pur-sang) en allusion à sa réputation d’irréductible fidèle à Cosa Nostra. Pourtant le terrible boss perd la maîtrise de soi et dans la salle où on été intercepté ces révélations, il apparaît  comme une rivière en crue, crachant sa colère concernant le processus de négociation entre l’État et la Mafia.

C’est un tournant, pour la première fois, le procureur de Palerme et les enquêteurs de la DIA écoutent en direct l’histoire de 20 ans de carnage à travers les souvenirs du stratège de l’horreur.

Quand il parle de Rocco Chinnici, le magistrat assassiné dans un attentat à la voiture piégée à Federico Pipitone, en juillet 1983, Riina est heureux.

Il a sauté en l’air avant de retourner sous la terre

Quand il parle de Falcone et Borsellino, il évoque cette période comme une saison glorieuse où le sang coulait tous les jours.

J’ai toujours été un puissant. J’ai décidé de ne pas perdre plus de temps avec eux

À ce stade, Alberto Lorusso le flatte :

Quelle belle saison en effet. Mais maintenant c’est le mauvais temps. C’est fini

Riina rétorque :

Si j’étais encore là, je ne perdrais pas de temps, je leur briserai les os

Les procureurs de Palerme ont recueilli des centaines de pages de transcriptions, et des dizaines d’heures de conversations. Toto Riina est décrit comme le chef absolu de l’organisation qui a déclaré la guerre à l’État. Après les attentats commis en Italie, Riina a murmuré à son interlocuteur :

J’aurais continué à faire des massacres en Sicile, plutôt que sur le continent, les choses auraient été moins ambiguës … nous aurions dû continuer ici.

Riina, dépositaire de tous les secrets a évoqué des « mystères » denses concernant principalement le massacre de Capaci. Riina dit les avoir partagées avec un seul homme d’honneur, le boss Totò Cancemi (mort en 2011), le chef du district de Porta Nuova (Palerme), qui avaient pris la place de Pippo Calo, le « caissier » de la mafia.

Quand il rencontre sa famille au parloir, Toto Riina est toujours alerte, reste prudent et ne commet jamais d’erreur qui pourrait servir aux enquêteurs. Un autocontrôle parfait qui lui a permis d’échapper à la justice pendant 24 ans. Il échange sur des banalités comme le football ou le temps qu’il fait.

L’endroit où il se trouvait au moment des révélations donnait l’illusion d’être inaccessible aux yeux et oreilles indiscrètes. Selon les analystes, la métamorphose du parrain des parrains est incroyable. Sur les images vidéos, ont voit Riina s’éloigner de la véranda ou sont stationnés les gardiens et s’asseoir sur un banc avec Alberto Lorusso. Il regarde autour de lui et derrière lui, puis baissant la voix, il se mit à parler librement. Offrant son analyse en commentant les nouvelles à la télévision ou tout simplement en livrant ses souvenirs.

Il baisse encore le volume de sa voix. Il se croit à l’abri en chuchotant, mais les micros ont été placés avec une grande habileté par les hommes de DIA. Ils entendant le chant des oiseaux, mais aussi chaque murmure du boss.

Les menaces de mort proférées par Salvatore Riina à l’encontre du procureur de Palerme fait froid dans le dos : « J’aimerais le découper comme un thon »

Procureur de Palerme Nino di Matteo
Le Procureur de Palerme Nino di Matteo est menacé de mort par Cosa Nostra

La surveillance de Toto Riina a commencé en juin 2013. Une lettre anonyme reçue par le procureur de Palerme Nino Di Matteo disait que Toto Riina, par l’intermédiaire de son fils, avait donné son feu vert pour une attaque contre lui. Le procureur a donc demandé de placer des caméras et des micros dans la prison de l’Opéra. La réponse est au-dessus de toutes les attentes.

Les analystes antimafia tentent de répondre aux nombreuses questions que tout le monde se pose. Car pour la première fois depuis 20 ans, les conversations révèlent le côté sombre de la personnalité de l’assassin de masse que fut Toto Riina. Pour certains, la loquacité subite du super boss est une véritable mascarade. Pourquoi Riina parle tant ?

La grille de lecture des enquêteurs s’appuie sur leur longue expérience. Pour eux, Toto Riina fait un «appel aux armes» aux « hommes d’honneur ». Pour d’autres enquêteurs, les déclarations belliqueuses de Riina pourraient fournir une couverture à toute entité extérieure à Cosa Nostra. Le procureur Francesco Messineo parle d’alibi parfait pour une nouvelle action violente à Palerme.

D’aucuns doutent de l’authenticité des déclarations de Toto Riina. Certains parlent d’une stratégie de la tension voulue par Riina de peur que le procès qui va s’ouvrir sur les négociations Etat-Mafia prouve que Riina a traité avec l’État, ruinant ainsi sa réputation de « pur-sang » et perdant son prestige parmi les membres de Cosa Nostra.

Source : Joseph Lo Bianco et Sandra Rizza, Il Fatto Quotidiano

Traduction : C. Lovis