10 questions à l’auteur des « hommes de l’antimafia »

La promotion de mon livre se poursuit. J’ai eu le plaisir de répondre à 10 questions et développer le thème qui m’est cher. Découvrez cette interview en cliquant sur le lien ci-dessous :

10 questions à Christian Lovis, l’auteur des

« hommes de l’antimafia »

Commande du livre

Le Parlement européen met sur pied une commission antimafia

Le Parlement européen a créé mercredi 14 mars 2012 une commission spéciale chargée d’étudier le crime organisé en Europe. Cette commission antimafia aura notamment pour mission d’élaborer des mesures visant à lutter contre les bandes et organisations criminelles.

Le mandat de cette commission, qui sera composée fin mars, sera valable pour un an renouvelable une fois, période qu’elle mettra à profit pour analyser et évaluer l’ampleur du crime organisé, de la corruption et du blanchiment d’argent. C’est une Italienne, la libérale Sonia Alfano, originaire de Sicile, qui pilotera les travaux. Elle préside dans son pays l’association nationale des familles des victimes de la mafia. Les travaux de la commission spéciale débuteront en avril prochain par une série d’auditions et de déplacements en Europe. Les députés entendront à cet effet des juges, magistrats, fonctionnaires et organisations de victimes.

Sonia Alfano

Journée LIBERA : à la mémoire des victimes des mafias

21 mars, premier jour du printemps, on célèbre la Journée de commémoration à la mémoire des victimes innocentes des mafias.

Cette journée est le symbole d’un nouvel espoir et le prolongement de l’insurrection des consciences provoquées par le combat des hommes de l’antimafia, notamment Giovanni Falcone et Paolo Borsellino.

Victimes de la mafia

(source : www.peppinoimpastato.com)

1893
EMANUELE NOTARBARTOLO

1896
EMANUELA SANSONE

1905
LUCIANO NICOLETTI

1906
ANDREA ORLANDO

1909

JOE PETROSÌNO

1911
LORENZO PANEPINTO

1914
MARIANO BARBATO
GIORGIO PECORARO

1915
BERNARDINO VERRO

1916
GIORGIO GENNARO

1919
GIOVANNI ZANGARA
COSTANTINO STELLA
GIUSEPPE RUMORE
GIUSEPPE MONTICCIOLO
ALFONSO CANZIO

1920
NICOLO’ ALONGI
PAOLO LI PUMA
CROCE DI GANGI
PAOLO MIRMINA
GIOVANNI ORCEL
STEFANO CARONIA

1921
PIETRO PONZO
VITO STASSI
GIUSEPPE CASSARA’
VITO CASSARA’
GIUSEPPE COMPAGNA

1922
DOMENICO SPATOLA
MARIO SPATOLA
PIETRO SPATOLA
PAOLO SPATOLA
SEBASTIANO BONFIGLIO
ANTONINO SCUDERI

1924
ANTONINO CIOLINO

1944
SANTI MILISENNA
ANDREA RAJA

1945
CALOGERO COMAIANNI
NUNZIO PASSAFIUME
FILIPPO SCIMONE
CALCEDONIO CATALANO
AGOSTINO D’ALESSANDRO
CALOGERO CICERO
FEDELE DE FRANCISCA
MICHELE DI MICELI
MARIO PAOLETTI
ROSARIO PAGANO
GIUSEPPE SCALIA
GIUSEPPE PUNTARELLO

1946
ANGELO LOMBARDI
VITTORIO EPIFANI
VITANGELO CINQUEPALMI
IMERIO PICCINI
ANTONINO GUARISCO
MARINA SPINELLI
GIUSEPPE MISURACA
MARIO MISURACA
GAETANO GUARINO
PINO CAMILLERI
GIOVANNI CASTIGLIONE
GIROLAMO SCACCIA
GIUSEPPE BIONDO
GIOVANNI SANTANGELO
VINCENZO SANTANGELO
GIUSEPPE SANTANGELO
GIOVANNI SEVERINO
PAOLO FARINA
NICOLO’ AZOTI
FIORENTINO BONFIGLIO
MARIO BOSCONE
FRANCESCO SASSANO
EMANUELE GRECO
GIOVANNI LA BROCCA
VITTORIO LEVICO

1947
ACCURSIO MIRAGLIA
PIETRO MACCHIARELLA
NUNZIO SANSONE
EMANUELE BUSELLINI
MARGHERITA CLESCERI
GIOVANNI GRIFO’
GIORGIO CUSENZA
CASTRENZE INTRAVAIA
VINCENZINA LA FATA
SERAFINO LASCARI
GIOVANNI MEGNA
FRANCESCO VICARI
VITO ALLOTTA
GIUSEPPE DI MAGGIO
FILIPPO DI SALVO
VINCENZO LA ROCCA
VINCENZA SPINA
PROVVIDENZA GRECO
MICHELANGELO SALVIA
GIUSEPPE CASARRUBEA
VINCENZO LO IACONO
GIUSEPPE MANIACI
CALOGERO CAJOLA
VITO PIPITONE
LUIGI GERONAZZO

1948
EPIFANIO LI PUMA
PLACIDO RIZZOTTO
GIUSEPPE LETIZIA
CALOGERO CANGELOSI
MARCANTONIO GIACALONE
ANTONIO GIACALONE
ANTONIO DI SALVO
NICOLA MESSINA
CELESTINO ZAPPONI
GIOVANNI TASQUIER

1949
CARLO GULINO
FRANCESCO GULINO
CANDELORO CATANESE
MICHELE MARINARO
CARMELO AGNONE
QUINTO REDA
CARMELO LENTINI
PASQUALE MARCONE
ARMANDO LODDO
SERGIO MANCINI
ANTONIO BUBUSA
GABRIELE PALANDRANI
GIOVAN BATTISTA ALCE
ILARIO RUSSO
GIOVANNI CALABRESE
GIUSEPPE FIORENZA
SALVATORE MESSINA
FRANCESCO BUTIFAR

1952
FILIPPO INTILE

1955
SALVATORE CARNEVALE
GIUSEPPE SPAGNUOLO

1957
PASQUALE ALMERICO
ANTONINO POLLARI

1958
VINCENZO DI SALVO
VINCENZO SAVOCA

1959
ANNA PRESTIGIACOMO
GIUSEPPINA SAVOCA
VINCENZO PECORARO
ANTONINO PECORARO

1960
ANTONINO DAMANTI
COSIMO CRISTINA
PAOLO BONGIORNO

1961
PAOLINO RICCOBONO
GIACINTO PULEO

1962

ENRICO MATTEI

1963
GIUSEPPE TESAURO
MARIO MALAUSA
SILVIO CORRAO
CALOGERO VACCARO
PASQUALE NUCCIO
EUGENIO ALTOMARE
GIORGIO CIACCI
MARINO FARDELLI

1966
CARMELO BATTAGLIA

1967
GIUSEPPE PIANI
NICOLA MIGNOGNA

1968
FRANCESCO PIGNATARO
GIUSEPPE BURGIO

1969
ORAZIO COSTANTINO

1970
MAURO DE MAURO

1971
PIETRO SCAGLIONE
ANTONINO LORUSSO
VINCENZO RICCARDELLI

1972
GIOVANNI SPAMPINATO

1974
ANGELO SORINO
EMANUELE RIBOLI

1975
CALOGERO MORREALE
GAETANO CAPPIELLO
FRANCESCO FERLAINO

1976
GERARDO D’ARMINIO
GIUSEPPE MUSCARELLI
PASQUALE CAPPUCCIO
CATERINA LIBERTI
SALVATORE FALCETTA
CARMINE APUZZO
SALVATORE LONGO
SALVATORE BUSCEMI

1977
ROCCO GATTO
STEFANO CONDELLO
VINCENZO CARUSO
GIUSEPPE RUSSO
FILIPPO COSTA
ATTILIO BONINCONTRO

1978
UGO TRIOLO
GIUSEPPE IMPASTATO
ANTONIO ESPOSITO FERRAIOLI
SALVATORE CASTELBUONO

1979
FILADELFIO APARO
MARIO FRANCESE
MICHELE REINA
GIORGIO AMBROSOLI
BORIS GIULIANO
CALOGERO DI BONA
CESARE TERRANOVA
LENIN MANCUSO
GIOVANNI BELLISSIMA
SALVATORE BOLOGNA
DOMENICO MARRARA
VINCENZO RUSSO
GIULIANO GIORGIO
LORENZO BRUNETTI
ANTONINO TRIPODO
ROCCO GIUSEPPE BARILLA’
GIUSEPPE MARTURANO

1980
DOMENICO MARTURANO
PIERSANTI MATTARELLA
GIUSEPPE VALARIOTI
EMANUELE BASILE
GIANNINO LOSARDO
PIETRO CERULLI
GAETANO COSTA
CARMELO JANNI’
DOMENICO BENEVENTANO
MARCELLO TORRE
VINCENZO ABATE

1981
VITO JEVOLELLA
SEBASTIANO BOSIO
ONOFRIO VALVOLA
LEOPOLDO GASSANI
GIUSEPPE GRIMALDI
VINCENZO MULE’
DOMENICO FRANCAVILLA
MARIANO VIRONE

1982
LUIGI D’ALESSIO
SALVATORE STALLONE
ANTONIO FONTANA
NICOLÒ PIOMBINO
ANTONIO SALZANO
PIO LA TORRE
ROSARIO DI SALVO
GENNARO MUSELLA
GIUSEPPE LALA
DOMENICO VECCHIO
RODOLFO BUSCEMI
MATTEO RIZZUTO
SILVANO FRANZOLIN
SALVATORE RAITI
GIUSEPPE DI LAVORE
ANTONINO BURRAFATO
SALVATORE NUVOLETTA
ANTONIO AMMATURO
PASQUALE PAOLA
PAOLO GIACCONE
VINCENZO SPINELLI
CARLO ALBERTO DALLA CHIESA
EMANUELA SETTI CARRARO
DOMENICO RUSSO
CALOGERO ZUCCHETTO
CARMELO CERRUTO
SIMONETTA LAMBERTI
GIULIANO PENNACCHIO
ANDREA MORMILE
LUIGI CAFIERO
GRAZIANO ANTIMO
GENNARO DE ANGELIS
ANTONIO VALENTI
LUIGI DI BARCA
GIOVANNI FILIANO

1983
GIANGIACOMO CIACCIO MONTALTO
PASQUALE MANDATO
SALVATORE POLLARA
MARIO D’ALEO
GIUSEPPE BOMMARITO
PIETRO MORICI
BRUNO CACCIA
ROCCO CHINNICI
SALVATORE BARTOLOTTA
MARIO TRAPASSI
STEFANO LI SACCHI
SEBASTIANO ALONGHI
FRANCESCO BUZZITI
FRANCESCO IMPOSIMATO
DOMENICO CELIENTO
CRISTIANO ANTONIO
NICANDRO IZZO
FABIO CORTESE
SALVATORE MUSARO’
OTTAVIO ANDRIOLI

1984
GIUSEPPE FAVA
RENATA FONTE
COSIMO QUATTROCCHI
FRANCESCO QUATTROCCHI
COSIMO QUATTROCCHI
MARCELLO ANGELINI
SALVATORE SCHIMMENTI
GIOVANNI CATALANOTTI
ANTONIO FEDERICO
PAOLO CANALE
LEONARDO VITALE
GIOVANBATTISTA ALTOBELLI
LUCIA CERRATO
ANNA MARIA BRANDI
ANNA DE SIMONE
GIOVANNI DE SIMONE
NICOLA DE SIMONE
LUISELLA MATARAZZO
MARIA LUIGIA MORINI
FEDERICA TAGLIALATELA
ABRAMO VASTARELLA
PIER FRANCESCO LEONI
SUSANNA CAVALLI
ANGELA CALVANESE
CARMINE MOCCIA
VALERIA MORATELLO
FRANCO PUZZO
MICHELE BRESCIA
SANTO CALABRESE
ANTIOCO COCCO
VINCENZO VENTO
PIETRO BUSETTA
SALVATORE SQUILLACE

1985
PIETRO PATTI
GIUSEPPE MANGANO
GIOACCHINO TAGLIALATELA
SERGIO COSMAI
GIOVANNI CARBONE
BARBARA RIZZO ASTA
GIUSEPPE ASTA
SALVATORE ASTA
BEPPE MONTANA
ANTONINO CASSARÀ
ROBERTO ANTIOCHIA
GIUSEPPE SPADA
GIANCARLO SIANI
BIAGIO SICILIANO
GIUDITTA MILELLA
CARMINE TRIPODI
GRAZIELLA CAMPAGNA
MORELLO ALCAMO
GIUSEPPE MACHEDA
ROBERTO PARISI

1986
PAOLO BOTTONE
GIUSEPPE PILLARI
FILIPPO GEBBIA
ANTONIO MORREALE
FRANCESCO ALFANO
ANTONIO PIANESE
VITTORIO ESPOSITO
SALVATORE BENIGNO
CLAUDIO DOMINO
FILIPPO SALSONE
ANTONIO SABIA
GIOVANNI GIORDANO
NUNZIATA SPINA

1987
GIUSEPPE RECHICHI
ROSARIO IOZIA
GIUSEPPE CUTRONEO
ROSARIO MONTALTO
SEBASTIANO MORABITO
ANTONIO CIVININI
CARMELO IANNÒ
CARMELO GANCI
LUCIANO PIGNATELLI
GIOVANNI DI BENEDETTO
COSIMO ALEO

1988
GIUSEPPE INSALACO
GIUSEPPE MONTALBANO
NATALE MONDO
DONATO BOSCIA
ALBERTO GIACOMELLI
ANTONINO SAETTA
STEFANO SAETTA
MAURO ROSTAGNO
LUIGI RANIERI
CARMELO ZACCARELLO
GIROLAMO MARINO
ANIELLO CORDASCO
GIULIO CAPILLI
PIETRO RAGNO

1989
FRANCESCO CRISOPULLI
GIUSEPPE CARUSO
FRANCESCO PEPI
MARCELLA TASSONE
NICOLA D’ANTRASSI
VINCENZO GRASSO
PAOLO VINCI
SALVATORE INCARDONA
ANTONINO AGOSTINO
IDA CASTELLUCCI
GRAZIA SCIME’
DOMENICO CALVIELLO
GIUSEPPE SALVIA
ANNA MARIA CAMBRIA
CARMELA PANNONE
PIETRO GIRO
DONATO CAPPETTA
CALOGERO LORIA

1990
NICOLA GIOITTA IACHINO
EMANUELE PIAZZA
GIUSEPPE TRAGNA
MASSIMO RIZZI
GIOVANNI BONSIGNORE
ANTONIO MARINO
ROSARIO LIVATINO
ALESSANDRO ROVETTA
FRANCESCO VECCHIO
ANDREA BONFORTE
GIOVANNI TRECROCI
SAVERIO PURITA
ANGELO CARBOTTI
DOMENICO CATALANO
MARIA MARCELLA
VINCENZO MICELI
ELISABETTA GAGLIARDI
GIUSEPPE ORLANDO
MICHELE ARCANGELO TRIPODI
PIETRO CARUSO
NUNZIO PANDOLFI
ARTURO CAPUTO
ROBERTO TICLI
MARIO GRECO
ROSARIO SCIACCA
GIUSEPPE MARNALO
FRANCESCO OLIVIERO
COSIMO DURANTE
ANGELO RAFFAELE LONGO
CATALDO D’IPPOLITO

1991
VALENTINA GUARINO
ANGELICA PIRTOLI
GIUSEPPE SCEUSA
SALVATORE SCEUSA
VINCENZO LEONARDI
ANTONIO CARLO CORDOPATRI
ANGELO RICCARDO
ANDREA SAVOCA
DOMENICO RANDÒ
SANDRA STRANIERI
ANTONINO SCOPELLITI
LIBERO GRASSI
FABIO DE PANDI
GIUSEPPE ALIOTTO
ANTONIO RAMPINO
SILVANA FOGLIETTA
SALVATORE D’ADDARIO
RENATO LIO
GIUSEPPE LEONE
FRANCESCO TRAMONTE
PASQUALE CRISTIANO
STEFANO SIRAGUSA
ALBERTO VARONE
FELICE DARA
VINCENZO SALVATORI
SERAFINO OGLIASTRO
VITO PROVENZANO
GIUSEPPE GRIMALDI
SALVATORE TIENI
NICOLA GUERRIERO

1992
SALVATORE AVERSA
LUCIA PRECENZANO
PAOLO BORSELLINO
ANTONIO RUSSO
ANTONIO SPARTÀ
SALVATORE SPARTÀ
VINCENZO SPARTÀ
FORTUNATO ARENA
CLAUDIO PEZZUTO
SALVATORE MINEO
ALFREDO AGOSTA
GIULIANO GUAZZELLI
GIOVANNI FALCONE
FRANCESCA MORVILLO
ROCCO DI CILLO
ANTONINO MONTINARO
VITO SCHIFANI
AGOSTINO CATALANO
WALTER EDDIE COSINA
EMANUELA LOI
VINCENZO LI MULI
CLAUDIO TRAÌNA
RITA ÀTRIA
PAOLO FICALÒRA
PASQUALE DI LORENZO
GIOVANNI PANUNZIO
GAETANO GIORDANO
GIUSEPPE BORSELLINO
SAVERIO CIRRINCIONE
ANTONIO TAMBORINO
MAURO MANIGLIO
RAFFAELE VITIELLO
EMANUELE SAÙNA
ANTONINO SIRAGUSA
LUCIO STIFANI

1993
BEPPE ALFANO
ADOLFO CARTISANO
PASQUALE CAMPANELLO
NICOLA REMONDINO
DOMENICO NICOLÒ PANDOLFO
MAURIZIO ESTATE
FABRIZIO NENCIONI
ANGELA FIUME
NADIA NENCIONI
CATERINA NENCIONI
DARIO CAPOLICCHIO
CARLO LA CATENA
STEFANO PICERNO
SERGIO PASOTTO
ALESSANDRO FERRARI
MOUSSAFIR DRISS
DON GIUSEPPE PUGLISI
RAFFAELE DI MERCURIO
ANDREA CASTELLI
ANGELO CARLISI
RICCARDO VOLPE
ANTONINO VASSALLO
FRANCESCO NAZZARO
LORIS GIAZZON

1994
VINCENZO GAROFALO
ANTONINO FAVA
DON GIUSEPPE DIANA
ILARIA ALPI
MIRAN HROVATIN
ENRICO INCOGNITO
LUIGI BODENZA
IGNAZIO PANEPINTO
MARIA TERESA PUGLIESE
GIOVANNI SIMONETTI
SALVATORE BENNICI
CALOGERO PANEPINTO
FRANCESCO MANISCALCO
NICHOLAS GREEN
MELCHIORRE GALLO
GIUSEPPE RUSSO
COSIMO FABIO MAZZOLA
GIROLAMO PALAZZOLO
LEONARDO CANCIARI
LlLIANA CARUSO
AGATA ZUCCHERO
LEONARDO SANTORO

1995
FRANCESCO BRUGNANO
GIUSEPPE DI MATTEO
FRANCESCO MARCONE
SERAFINO FAMÀ
GIOACCHINO COSTANZO
PETER IWULE ONJEDEKE
FORTUNATO CORREALE
ANTONINO BUSCEMI
GIUSEPPE MONTALTO
GIUSEPPE CILIA
GIUSEPPE GIAMMONE
GIOVANNI CARBONE
CLAUDIO MANCO
FRANCESCO TAMMONE
ANTONIO BRANDI
ANTONIO MONTALTO
ANTONINO MONTELEONE

1996
GIUSEPPE PUGLISI
ANNA MARIA TORNO
GIOVANNI ATTARDO
DAVIDE SANNINO
SANTA PUGLISI
SALVATORE BOTTA
SALVATORE FRAZZETTO
GIACOMO FRAZZETTO
MARIA ANTONIETTA SAVONA
RICCARDO SALERNO
GIOACCHINO BISCEGLIA
ROSARIO MINISTERI
CALOGERO TRAMÙTA
PASQUALE SALVATORE MAGRI’

1997
GIUSEPPE LA FRANCA
CIRO ZIRPOLI
GIULIO CASTELLINO
AGATA AZZOLINA
RAFFAELLA LUPOLI
SILVIA RUOTOLO
ANGELO BRUNO
LUIGI CANGIANO
FRANCESCO MARZANO
ANDREA DI MARCO
AGATINO DIOLOSA’
VINCENZO ARATO

1998
INCORONATA SOLLAZZO
MARIA INCORONATA RAMELLA
ERILDA ZTAUSCI
ENRICO CHIARENZA
SALVATORE DI FALCO
ROSARIO FLAMINIO
ALBERTO VALLEFUOCO
GIUSEPPINA GUERRIERO
LUIGI IOCULANO
DOMENICO GERACI
ANTONIO CONDELLO
MARIANGELA ANZALONE
GIUSEPPE MESSINA
GRAZIANO MUNTONI
GIOVANNI GARGIULO
GIOVANNI VOLPE
GIUSEPPE RADICIA
ORAZIO SCIASCIO
GIUSEPPE IACONA
DAVIDE LADINI
SAVERIO IERACI
ANTONIO FERRARA

1999
SALVATORE OTTONE
EMANUELE NOBILE
ROSARIO SALERNO
STEFANO POMPEO
FILIPPO BASILE
HISO TELARAY
MATTEO DI CANDIA
VINCENZO VACCARO NOTTE
LUIGI PULLI
RAFFAELE ARNESANO
RODOLFO PATERA
ENNIO PETROSINO
ROSA ZAZA
ANNA PACE
SANDRO SCARPATO
MARCO DE FRANCHIS

2000
ANTONIO LIPPIELLO
SALVATORE VACCARO NOTTE
ANTONIO SOTTILE
ALBERTO DE FALCO
FERDINANDO CHIAROTTI
FRANCESCO SCERBO
GIUSEPPE GRANDOLFO
DOMENICO STANISCI
DOMENICO GULLACI
MARIA COLANGIULI
HAMDI LALA
GAETANO DE ROSA
SAVERIO CATALDO
DANIELE ZOCCOLA
SALVATORE ROSA
GIUSEPPE FALANGA
LUIGI SEQUINO
PAOLO CASTALDI
GIUSEPPE MANFREDA
GIANFRANCO MADIA
VALENTINA TERRACCIANO
RAFFAELE IORIO
FERDINANDO LIQUORI

2001
GIUSEPPE ZIZOLFI
TINA MOTOC
MICHELE FAZIO
CARMELO BENVEGNA
STEFANO CIARAMELLA

2002
FEDERICO DEL PRETE
TORQUATO CIRIACO
MAURIZIO D’ELIA

2003
DOMENICO PACILIO
GAETANO MARCHITELLI
CLAUDIO TAGLIATATELA
PAOLINO AVELLA
MICHELE AMICO

2004
BONIFACIO TILOCCA
ANNALISA DURANTE
STEFANO BIONDI
PAOLO RODA’
GELSOMINA VERDE
DARIO SCHERILLO
MATILDE SORRENTINO
FRANCESCO ESTATICO
FABIO NUNNERI
MASSIMO CARBONE
TONINO MAIORANO

2005
FRANCESCO ROSSI
ATTILIO ROMANO’
GIANLUCA CONGIUSTA
FORTUNATO LAROSA
FRANCESCO FORTUGNO

2006
FEDELE SCARCELLA

… et toutes les autres victimes dont le nom n’est pas connu

Roberto Saviano : le combat contre la mafia continue

Source : Ouest France

La sortie de son livre, Gomorra, a fait l’effet d’une bombe en Italie, il y a six ans. Pour la première fois, la Camorra, la mafia napolitaine, était décrite dans le détail. A dire vrai, racontée plus que décrite. Avec un sens de la narration qui fait de Saviano un vrai écrivain, avec une connaissance culturelle du phénomène que seuls les magistrats, les policiers ou les journalistes qui travaillent sur ce sujet possèdent aussi bien. Gomorra a été un succès retentissant. Un succès qui a protégé Roberto Saviano de possibles attentats, mais qui l’a aussi condamné à une vie sous escorte. A à peine 25 ans.

Nous l’avons rencontré lors de son passage à Paris pour la sortie en France de son dernier livre, Le combat continue, chez Robert Laffont. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, Roberto Saviano nous parle des entreprises mafieuses, de leur nature économique, militaire et aussi religieuse. Il parle aussi de la France, c’est par là que le livre commence, et de l’incroyable myopie qui, selon lui, caractérise le débat français sur ces questions. Il nous parle de sa vie quotidienne. De ses aspirations. Rencontre…

Votre livre commence sur la France et la menace mafieuse. Elle est sous-estimée selon vous ?

Le Parquet anti-mafia italien a lancé une alerte très claire. Les mafias seraient prêtes à investir 100 milliards d’euros sur le territoire français. La France est intéressante pour plusieurs raisons : se planquer, parce qu’il n’y a pas de véritable lutte contre la mafia, pour ses liens avec les pays d’Afrique occidentale qui reçoivent des tonnes de cocaïne, parce qu’on en parle peu. C’est une situation idéale. La crise a ouvert une autoroute à la criminalité organisée. Je suis surpris que cela n’apparaît pas du tout dans le débat politique à la veille d’une élection aussi importante. Pas un seul candidat ne parle de l’économie criminelle.

En pleine crise, la mafia n’a pas de problème de liquidités ?
Exactement. C’est toute la différence. Les mafias ne sont pas seulement riches, mais elles sont en position de force parce qu’elles disposent de liquidités. C’est dans leur culture, leur organisation économique vise à toujours relier le profit à quelque chose de concret. La finance est regardée avec une certaine méfiance d’ailleurs, elle véhicule de l’argent sale, bien sûr, les organisations l’utilisent, mais elles s’en méfient aussi. Donc l’enracinement est nécessaire, mais il est difficile de le retrouver ici, en France, par exemple, parce que l’émigration, le contrôle du territoire, a besoin de beaucoup de désespoir, d’une communauté.

En Corse ?
Oui, en Corse, c’est vrai, elle a produit une mafia pour son propre compte. La mafia corse est aujourd’hui sous-évaluée pour des raisons politiques. Sarkozy se montre comme un gagnant sur ce sujet face au FLNC, et dont parler de la Corse risquerait de créer des problèmes sur le front politique, mais personnellement j’ai toujours considéré le FLNC une déclinaison de ce qu’est la mafia corse qui a des rapports avec la N’dranghetta, la Camorra, les Russes. C’est certainement un problème sous-estimé.

L’enracinement reste un critère identitaire essentiel pour les organisations ?
Oui, c’est à la fois le refuge et la racine. C’est de là que part la règle. Si il y a un pépin dans le trafic de drogue à Bordeaux ou à Lisbonne, c’est en Calabre qu’il est résolu. Les villages calabrais qui fondent les règles de la N’drangheta s’appellent « mamma ». La mamma, c’est Africo, Plati et San Luca On les appelle ainsi parce que ces villages dictent les règles des narcotrafiquants. Cela paraît incroyable, mais c’est ainsi.

Les organisations criminelles adorent les rites…

Par exemple, le rite d’affiliation est fondamental. Le serment qu’on prête, la main posée sur la pointe d’un couteau, en évoquant l’histoire mythique de Osso, Mastrasso et Carcagnosso, fondateurs de la N’drangheta, de la mafia et de la Camorra. Cela paraît impensable qu’un garçon d’aujourd’hui, connecté à internet, à facebook, puisse y penser. Et pourtant, il y pense. Il y puise une forme d’autorité, d’appartenance à une histoire, à des règles.

Leur code est plus fort que le droit ?
Oui, parce qu’il prévoit l’erreur, la trahison. Il prévoit tout ce que l’être humain fait.

Au début du livre, vous écrivez. « Au fond, quand on est écrivain on se sent étranger partout sauf sur la page ». C’est la nouvelle patrie de Saviano, la page ?

Oui, en réalité oui. Cela semble un peu exagéré, mais c’est vrai.

Elle l’aurait été même sans les menaces ?
Un peu, sans doute. Je ne suis toujours senti en difficulté à vivre sur ma terre. Dans ma condition actuelle, ce n’est pas une phrase romantique, c’est vraiment un message réel. Je me sens étranger partout, peut-être parce que maintenant je le suis. Ce n’est plus seulement un malaise moral ou personnel.

C’est un exil forcé ? Ou pour une part vous l’auriez choisi ?
Sans doute. Pour une part ce sentiment est indépendant de la persécution que je subis, mais je dois dire que le fait de ne pas pouvoir revenir sur ma terre m’impressionne en soi. D’autant plus que nous sommes en Europe. On est habitués, moi aussi, à voir un jeune kurde, algérien,, éthiopien, russe persécutés. J’en ai rencontré beaucoup durant les sept mois que j’ai passé aux Etats-Unis, mais il n’y avait aucun européen.

Votre livre, Gomorra, vous a contraint à vivre sous protection, toujours menacé. La littérature a une force qu’on avait fini peut-être par sous-estimer ?

Oui. Salman Rushdie m’en a souvent parlé. Les grands régimes sont de vrais estimateurs de la littérature, ils persécutent les poètes. Les Soviétiques avaient une peur bleue des écrivains, même s’ils n’étaient lus que par peu de personnes. La littérature est redevenue explosive sur le plan civil. Dans une société où on peut tout dire, diffuser une idée en ligne en quelques secondes, la littérature arrête ce flux. Comme si elle bloquait le tapis roulant de l’information. Et elle oblige ainsi tout le monde à fixer leur regard, à ravailler la mémoire, à approfondir, à comprendre. A peser les choses.

Pourtant, la machine médiatique a aussi été un salut ?

Oui, c’est les deux. C’est bipolaire, comme ma vie. Cachée et pourtant toujours visible.

Qu’est-ce qui vous fait tenir ?
La discipline. S’habiller, même si je reste cloitré dans une chambre. Respecter les horaires. Etudier, beaucoup. Ne pas céder à la paresse. Faire des pompes.

Comme les détenus politiques dans les camps ?
Exactement, c’est d’eux que je l’ai appris. On peut même dire des détenus tout court.

Le matin, qu’est-ce qui vous donne un point d’équilibre, une normalité ?

Le travail. Le désir d’entrer en contact avec les personnes. Une nervosité qui ne cesse jamais, un désir de dire, d’écrire, de chercher. Tout cela est contrebalancé par la dépression, bien sûr. J’y bute en permanence. En permanence. Je l’aurais peut-être connue sans cette situation, mais le péril est plus grand dans ma condition de sombrer dans la mélancolie, la dépression. Y compris du fait de ma façon de vivre. Dans l’obscurité souvent, les chambres d’hôtels sans lumière. C’est terrible. Cela arrive à tous ceux qui vivent comme moi.

Vous le racontez, d’ailleurs, dans votre précédent livre, « La beauté et l’enfer ».

Oui.

Il y a une question que tout le monde se pose, ce poids, cette force d’impact de la littérature, vous vous y attendiez en publiant Gomorra ou vous avez été submergé ?

Cela a été une avalanche. Moi, j’avais prévu une réaction, on avait tout fait pour que ce livre ait un impact, qu’il puisse sensibiliser des personnes. Mais dans ma tête, si j’avais vendu 30 000 exemplaires j’airais été très heureux, et mon éditeur aussi aurait été comblé.

A quoi attribuez-vous cette avalanche ?

Il y a beaucoup de facteurs. La télévision. Mon livre était dixième dans les classements, et puis après un passage à la télé, il a commencé à grimper, grimper. Tu sais, le mécanisme est parfois mystérieux. Le fait d’avoir une escorte, par exemple, n’indique rien, en fait, sur la valeur de la personne qui a besoin de protection. Ce n’est pas un mérite. Je connais des journalistes excellents, courageux,  qui n’ont jamais été menacés et d’autres très médiocres qui ont été menacés. Ce n’est pas un mérite, c’est comme trébucher sur une situation. C’est très dangereux de penser que l’escorte est un mérite, très dangereux parce que c’est comme si c’était démériter de ne pas en avoir.

L’expérience télévisée que vous avez eue avec Fabio Fazio et cette  émission à grand succès, « Parle avec moi », que vous avez présentée ensemble, a été une façon de prendre ces médias par les cornes, avoir pris le volant ?
Pour un moment, oui. Arriver à des millions de personnes en racontant des histoires. En parlant de la mafia au Nord. Et les Italiens étaient alors contents de pouvoir écouter des histoires et pas des politiciens.

Ce pouvoir de la narration est inoxydable, il résiste à la machine médiatique, aux nouveaux médias, aux réseaux sociaux ?

Oui, c’est quelque chose d’ancien qui peut se renouveler, mais c’est toujours l’Epos. Toujours identique. Le récit est toujours le fils d’Homère.

Falcone revient très souvent dans vos écrits. Je me souviens de l’attentat de Capaci contre Giovanni Falcone et de l’impression alors de vivre comme dans une tragédie grecque, d’être immergé dans quelque chose de classique. Dans un monde fait de bien et de mal avec toutes les nuances et les ombres entre les deux. Ce lien avec cette dimension classique existe dès qu’on parle de mafia ?

C’est vrai, c’est un sujet qui présente des aspects de la tragédie grecque. Parce que les Grecs ont été en mesure de raconter comme personne les temps et les façons d’être hommes, les faiblesses. Des artistes ont essayé de représenter des histoires de mafia sous les traits de Médée. Non seulement on ressent un air de tragédie mais aussi de mélodrame. La construction scénique d’un meurtre, d’un massacre.

Dans le livre, vous décrivez l’incroyable quantité de bunkers que les parrains installent…

Oui, la logique du bunker est difficile à comprendre. On l’imagine comme une simple cache, à la James Bond. En fait, le bunker, c’est la réponse mafieuse à la cellule monastique. Ils cherchent la concentration, le silence. Le pouvoir devient immatériel. Tout est dans la tête. C’est la seule façon pour eux de résister à la perpétuité.

Vous n’êtes plus retourné à Naples depuis combien de temps ?
Six ans. Presque six ans.

Qu’est-ce qui vous motive aujourd’hui ?

Essayer de m’occuper de la criminalité internationale, en parler dans des pays comme la France qui croient que le problème ne les regarde pas. Pour éveiller les consciences, mais aussi pour prétendre des engagements. Aucune bataille progressiste ne peut être menée sans une lutte sérieuse à la criminalité. Avec la crise, la menace progresse, il suffit d’aller dans n’importe quel pays d’Europe de l’Est. La Grèce est rongée parles cartels russes, macédoniens, turcs. Comment fait-on à ne pas voir ce processus, à ne rien dire ? Cela me paraît incroyable.