Roberto Scarpinato, le dernier des juges

Roberto Scarpinato vit sous escorte depuis 20 ans! © Letizia Battaglia

Roberto Scarpinato naît à Caltanissetta en 1952. Après des études de droit à l’université de Catane, il entre dans la magistrature en 1977. Le juge Scarpinato a hérité de son père, juge lui aussi et déjà très impliqué dans les années cinquante dans la lutte contre la mafia, la passion de la vérité et la justice. D’abord secrétaire au Conseil supérieur de la magistrature à Rome, il arrive à Palerme en 1989. L’année d’après, il s’engage dans le pool antimafia, où il collabore avec Giovanni Falcone et Paolo Borsellino.

A partir de 1991, il se spécialise dans les procès concernant la mafia, et ses rapports avec les institutions, la politique, l’économie, et les relations internationales. En tant que substitut du procureur général du parquet de Palerme, il a préparé des réquisitoires sur les délits politico-mafieux. Le premier a été celui relatif au procès concernant l’homicide du président de la Région sicilienne, Piersanti Mattarella. S’ensuivirent ceux concernant les assassinats du député Pio La Torre, du général Carlo Alberto Dalla Chiesa et du secrétaire provincial de Démocratie chrétienne, Michele Riina.

Il a continué de s’occuper d’enquêtes sur la mafia, ses liens avec les adjudications de travaux publics, la franc-maçonnerie ou les services secrets, ses systèmes politiques et ses systèmes criminels. Il a également assumé, avec Guido Lo Forte, l’accusation publique au procès d’Andreotti, l’ex-président de Démocratie chrétienne, accusé d’avoir eu des rapports avec les chefs de la mafia. Récemment, il a été nommé procureur général à la Cour d’appel de Caltanissetta.

A lire :

Roberto Scarpinato est « le dernier des juges », dernier survivant de la génération des juges Falcone et Borsellino, brutalement assassinés par la mafia en 1992. Il est l’un des procureurs du procès Andreotti, et a instruit les plus importants procès menés contre la mafia et ses liens au sein du monde politique et institutionnel. Sous protection policière depuis plus de vingt ans, mémoire historique de la justice anti-mafia, Roberto Scarpinato balaie de ses réflexions les lieux communs sur la justice, le pouvoir et la religion. À travers le prisme d’une vie que la violence mafieuse a irrémédiablement bouleversée, il nous livre un entretien inédit, porté par une voix aussi vigoureuse qu’inspirée. Cet entretien a été mené et traduit de l’italien par Anna Rizzello, qui fera la connaissance de Roberto Scarpinato à l’occasion d’une conférence donnée pour l’édition Citéphilo 2008, à Lille. Elle y sera son interprète. Depuis, les rencontres se succèdent, tissant une relation de confiance et d’estime mutuelles.
ISBN 978 2 917817 07 0
Format 19 x 10 CM -  48 pages
Date de parution 23/06/2011
Prix 7,00€