Paolo Borsellino

Le 19 juillet 1992, à sept heures du matin, soit cinquante-neuf jours après l’assassinat de Giovanni Falcone, épuisé, le Juge Borsellino s’accorda une journée de repos. Accompagné de son escorte, il se rendit dans sa maison au bord de mer, à Villagrazia. Puis dans l’après-midi, il retourna à Palerme pour rendre visite à sa mère.

Seize heures avaient sonné depuis quelques minutes lorsque le convoi arriva devant l’immeuble. Les membres de l’escorte sortirent des véhicules blindés, mitraillettes à la main. Paolo Borsellino se dirigea alors en direction de la porte d’entrée qui se trouvait à quelques mètres. Soudain, un homme embusqué appuya sur le bouton d’une télécommande à distance et déclencha une explosion dévastatrice. Le corps du magistrat fut carrément sectionné en deux. Les cinq agents, Agostino Catalano, Emanuela Loi, Vincenzo Li Muli, Walter Eddie Cosina et Claudio Traina furent eux aussi déchiquetés. Quant au chauffeur Antonino Vullo, il fut sauvé in extremis grâce au blindage de l’habitacle. Palerme était une nouvelle fois plongée dans l’horreur. Dans un rayon de cinq cents mètres, les vitres des maisons et des magasins avaient volé en éclats, plusieurs véhicules étaient renversés et une partie de la façade de l’immeuble était totalement détruite.

Via D’Amelio, à Palerme

Père de deux enfants, Agostino Catalano (quarante-trois ans) était le directeur général adjoint de la brigade chargée de la protection rapprochée des personnes menacées. Quelques semaines auparavant, il sauva un enfant de la noyade en n’hésitant pas à se jeter à la mer. Quant à l’agent Eddie Walter Cosina (trente et un ans), il quitta volontairement un poste plus confortable à Trieste pour se rendre à Palerme, aussitôt après le massacre de Capaci.

Claudio Traina (vingt-sept ans) était père depuis seulement quelques mois et Vincenzo Li Muli était le plus jeune des policiers de l’escorte avec ses vingt-deux ans. La jeune Emanuela Loi (vingt-quatre ans) venait à peine de réussir le concours d’entrée pour intégrer la brigade de protection des personnes à risques. C’était la première femme à accéder à ce poste. À peine arrivée à la Questure à Palerme et seulement quelques heures après avoir quitté sa famille à Cagliari, elle apprit ce jour-là qu’elle ferait partie du groupe d’escorte du Juge Paolo Borsellino. C’était sa première mission. Sa famille apprit la nouvelle de sa mort lors d’un flash spécial annonçant l’attentat à la via d’Amelio.

(de g. à d.) Emanuela Loi, Walter Eddie Cosina, Agostino Catalano, Vincenzo Li Muli, Claudio Traina
Vidéo réalisée par Christian Lovis © 2011 /images archives TG1 (italia) – Musique : Damien Saez – Album God Bless
 
Images vidéos de l’attentat de la Via d’Amelio qui tua le Juge Borsellino et  les cinq policiers de son escorte. Dans la seconde partie, les obsèques ont été perturbées par des manifestations monstres. Ce fut le début de l’insurrection des consciences chez les Siciliens !
 
 

Extrait du livre : Les hommes de l’antimafia

Publicités